Soutenance de thèse – 7/12 : Arnaud PIERREL, « Des amphis d’apprentis »

Le 7 décembre 2020, Arnaud PIERREL soutiendra sa thèse intitulée : « Des amphis d’apprentis. Genèses, structurations et composition sociale des formations en apprentissage dans l’enseignement supérieur. »

La soutenance se déroulera le 07 décembre à partir de 13h30 

 

Résumé :
Cette thèse de sociologie interroge le développement des formations en apprentissage dans l’enseignement supérieur. Cantonné à la préparation des CAP jusqu’en 1987, ce mode de formation a connu depuis lors une « aspiration vers le haut », de telle sorte qu’à la fin des années 2010 près de quatre apprentis sur dix préparent un diplôme de l’enseignement supérieur. Cette implantation progressive de l’apprentissage dans l’enseignement supérieur remodèle les contours de celui-là tout autant qu’elle constitue un miroir grossissant des recompositions qui affectent celui-ci : hausse du taux d’accès sous régime de démocratisation ségrégative, contraintes de financement, injonction à la professionnalisation des formations et nouvelles formes de sélection à l’entrée de ces dernières. S’appuyant sur des matériaux d’archives, statistiques et ethnographiques, cette thèse montre que le développement de l’apprentissage dans l’enseignement supérieur constitue un poste d’observation privilégié de la production et de la perception des différentes composantes de la valeur des diplômes. Par extension, sont analysées les sources et formes de l’hétéronomie relative du monde académique, dimension souvent oubliée au profit de son pendant autonome. La mise en évidence de la pluralité de la valeur des diplômes et de l’hétéronomie relative s’effectue en trois temps, constituant autant d’étapes méthodologiques d’une étude globale des formations en apprentissage de l’enseignement supérieur. La première partie explique, dans une perspective sociohistorique, comment l’apprentissage “arrive” dans l’enseignement supérieur avec, dans ses bagages, son passé de mode de formation associé à la qualification ouvrière, le remodelage progressif de la morphologie apprentie consécutif de cette arrivée et la ramification de l’offre de places qui sous-tend le développement du mode de formation. La deuxième partie rend compte, à l’échelle des établissements, de la diversité des formes institutionnelles que revêtent les centres de formation d’apprentis, leurs positions au sein de l’espace de l’enseignement supérieur et les rapports d’homologie entre ces positions et celles occupées sur le marché de la collecte de la taxe d’apprentissage, source financière au coeur de leur fonctionnement. Une fois mises au jour les logiques d’appropriation du mode de formation et les configurations institutionnelles dans lesquelles il est pris, la troisième partie donne à voir qui sont les apprentis de l’enseignement supérieur, d’abord comme groupe construit par ses modalités de recrutement, puis comparativement aux étudiants sous statut scolaire et enfin eu égard à leur spécificité d’être préclassés dans les rapports sociaux de production.

Jury :
Stéphane Beaud, Professeur à Sciences-Po Lille
Prisca Kergoat, Maître de conférences HDR à l’Université de Toulouse (co-directrice)
Clotilde Lemarchant, Professeure à l’Université de Lille (rapportrice)
Claire Lemercier, Directrice de recherche au CNRS
Mathias Millet, Professeur à l’Université de Tours (rapporteur)
Gilles Moreau, Professeur à l’Université de Poitiers (co-directeur)

Recherche

Menu principal

Haut de page