WANG Zongnan

Doctorant en sociologie à l’Université de Poitiers

zongnan.wang@etu.univ-poitiers.fr

wangzongnanfrance@gmail.com

Thèse de sociologie :

Titre : Les enfants franco-chinois : stratégies éducatives des parents et cycles de vie des enfants.

Directeur : Gilles Moreau

Résumé :

Mon mémoire de master 1 était consacré à la position des femmes chinoises dans des couples franco-chinois, alors que mon mémoire de master 2 s’intéressait à la transmission de la langue chinoise aux enfants dans ces couples mixtes.

À la suite de ces recherches, de nombreuses problématiques complémentaires sont apparues, comme le fait qu’il existe une importante homogénéité dans les cycles de vie des enfants de couples franco-chinois, malgré les différents contextes sociaux de ces familles, et ce, bien qu’il existe des distinctions au niveau de la reproduction du capital culturel au sein de ces familles.

Pour ces raisons, mon projet de thèse vise à approfondir la recherche sur les couples franco-chinois pour tenter de rendre compte de la totalité de leurs stratégies  éducatives de reproduction pour les articuler avec les contextes sociaux et les cycles de vie des enfants. Du coup, la socialisation de ces enfants, la reproduction du capital culturel dans ces familles, les stratégies éducatives des parents et les éventuels jugements sociaux et/ou stigmatisation exprimés à l’égard des enfants franco-chinois seront les thèmes centraux de cette thèse.

De plus, l’intérêt de la recherche sera enrichi par une comparaison des contextes éducatifs en étudiant à la fois des couples franco-chinois vivant en France et des couples franco-chinois vivant en Chine.

Le cadre théorique de cette recherche articulera la sociologie de la socialisation, la sociologie de la famille et de l’acculturation.

Il s’agira dans un premier temps de rendre compte des trajectoires et des origines sociales des parents franco-chinois, rattachées aux différents capitaux culturels, économiques et sociaux qui les caractérisent, pour chercher à comprendre, notamment, comment la position de chacun au sein du couple influence le jugement de valeur sur le capital culturel de l’autre et donc les stratégies de reproduction et les éventuelles  crise de double identité de leurs enfants.  Comment la construction de cette famille mixte influence-t-elle le choix des différentes normes sociales françaises et chinoises dans leurs transmissions à leurs enfants ? Comment conduit-elle, éventuellement, à des renoncements ?

Dans un second temps, la recherche étudiera ce qui se passe durant les cycles de vie des enfants de couples franco-chinois. Quels sont les processus de socialisation et d’acculturation selon les cycles de vie ? Quels sont les effets des contextes de la sociabilité enfantine et juvénile sur les processus de transmission des deux cultures ? Pour ce faire, on pourra comparer différents enfants franco-chinois de différentes générations, de différents milieux sociaux, pour réfléchir aux changements qui s’opèrent selon leurs cycles de vie et montrer tout à la fois l’homogénéité et l’hétérogénéité des situations et des destins sociaux d’enfants franco-chinois.

Enfin la thèse cherchera à mettre en relation capitaux sociaux et stratégies éducatives face aux représentations de l’avenir des enfants que portent leurs parents, notamment en termes de reproduction des positions sociales, mais aussi face à un marché du travail de plus en plus international.

L’enquête prendra appui dans un premier temps sur deux terrains d’investigation principaux : Poitiers et Paris. Ces deux villes sont différenciées par la densité et l’implication économique variables de l’immigration chinoise. De plus, la dernière a établi des échanges économiques et culturels relativement important avec la Chine, ce qui peut favoriser la présence plus forte de couples mixtes franco-chinois. Pour autant, suivant les opportunités du terrain (effet de réseaux notamment) des couples franco-mixtes originaires d’autres villes pourront être inclus dans le corpus.

Une enquête en Chine est aussi envisagée pour comparer avec les couples franco-chinois restés en Chine.

Parce que le développement local en Chine n’est pas équivalent à celui de la France, la présence de Français·e·s marié·e·s à des Chinois·e·s en Chine est plus centralisée. On fera alors des recherches dans les villes de Pékin, Shangaï, où les résidents français sont plus nombreux.

L’objectif est de constituer un corpus d’une trentaine de couples franco-chinois et de les interroger  par entretiens semi-directifs. 3 séances d’enquêtes sont prévues au sein d’une même famille, une chaque année. Pour suivre les cycles de vie des enfants et leurs évolutions. Les entretiens avec les membres chinois des couples mixtes se feront en chinois et seront traduit ensuite, pour éviter les effets liés aux difficultés linguistiques. Des entretiens complémentaires avec des enseignants sont également envisagés.

De plus, des séances d’observations autour de la vie quotidienne des enfants dans les familles et dans les écoles seront mises en place. Si nécessaire, des enfants de couple franco-chinois devenus adultes seront également interrogés.

Enfin, la recherche inclura des observations et analyses sur le réseau virtuel. En effet, de nombreux dispositifs liés à Internet permettent aux parents des couples franco-chinois d’échanger entre eux, entre autres à propos de l’éducation de leurs enfants. Il s’agit là d’une source qui peut être riche en matériaux.

Une recherche documentaire sera conduite parallèlement, et notamment la recherche de statistiques liées à ce sujet et un état des lieux droit de la famille pour les couples mixtes. Si nécessaire, un questionnaire sera mis en place.

Enfin, un état bibliographique sera établi, sur les familles mixtes franco-chinoises bien sûr, mais plus largement sur la socialisation, l’acculturation, les migrations, la linguistique et l’éducation bilingue. Une comparaison pourra ainsi être développée avec d’autres familles mixtes de nationalités différente.

Communications

2015: »La transmission de la langue chinoise dans les familles mixtes franco-chinoises en France« , communication lors de la journée d’étude commune Poitiers-Limoges de masters 2 (dir.Gilles Moreau, Choukri Ben Ayed), Université de Poitiers,le 20 avril.

Recherche

Menu principal

Haut de page