TOUBI Anissa

Doctorante en sociologie à l’Université de Poitiers

toubi.anissa@gmail.com

Thèse

Titre : Le mariage et les stratégies matrimoniales chez les descendants d’immigrés algériens.

Direction : Stéphane Beaud

Résumé : Le mariage chez les descendants d’immigrés algériens comporte un intérêt particulier dans la mesure où il permet une double approche qui donne son importance à la question. S’agissant de ladite approche elle consiste dans un premier temps à observer, à travers le mariage, la place qu’occupent les descendants d’immigrés algériens dans le France d’aujourd’hui. En effet, puisque ces « enfants illégitimes » (Sayad) sont marqués par un sentiment de double appartenance au moins, et par une double culture, les choix matrimoniaux (exogamie, endogamie ; mariages mixtes, mariages binationaux) peuvent fonctionner comme un indicateur du niveau d’intégration des descendants d’immigrés. En effet, les premiers travaux que nous avons pu mener sur la question ont laissé apparaitre le mariage comme étant un moyen de renouer avec une arabité (parfois fantasmée) ou encore d’intégrer un « groupe religieux ». À l’inverse, le mariage peut aussi apparaître comme ayant des vertus émancipatrices, comme étant un moyen d’échapper au contrôle de la famille et de la « communauté », même quand il se termine par un divorce. Pour expliciter cette idée d’utiliser le mariage comme indicateur du niveau d’intégration, on peut reprendre le concept de la « norme endogamique réappropriée » qui marque l’influence du modèle occidental, un modèle davantage marqué par le sentiment amoureux comme motif d’union, une influence qui reste somme toute limitée puisque les injonctions à choisir son partenaire au sein d’un groupe restreint (Musulmans, Algériens ou Maghrébins), viennent remplacer le choix des partenaires effectués par les parents.
Dans un second temps, nous nous intéresserons aux stratégies matrimoniales, en ayant une approche qualitative marquée, qui nous permettra de comprendre comment le mariage est pensé, construit, appréhendé par les descendants d’immigrés. Nous interrogerons leurs manières de composer avec une double appartenance s’agissant du mariage. Les conditions matérielles d’existence, le parcours scolaire, la religion, la famille, la sexualité, l’idée de « communauté » (qu’il faut nuancer), seront autant d’éléments qui nous permettrons de cerner l’ensemble des stratégies matrimoniales mises en œuvre.

Pour mener à bien ce projet nous avons décidé de combiner une approche qualitative et une approche quantitative. Le suivi de trois familles algériennes (résidant dans l’Est de la France), comprenant observations et entretiens sera combiné à l’élaboration d’un terrain à Poitiers. Le recours aux statistiques, à travers l’Enquête Emploi de 2010 (qui a intégré la variable immigration et par là même descendants d’immigrés), analysée avec le logiciel SAS nous offrira une base de données importante et pourra nous permettre d’ancrer les discours et les observations dans un contexte précis et analysé.

Recherche

Menu principal

Haut de page