CANGIANO Ciro

Doctorant en Sociologie à l’Université de Poitiers et à l’Université de Naples Federico II

ciro.cangiano@univ-poitiers.fr

ciro.cangiano@unina.it

Thèse

Titre provisoire : L’impact de la crise sur les parcours éducatifs des jeunes. Une comparaison entre Naples et Poitiers

Direction : Gilles MOREAU et Antonella SPANÒ

Résumé :

La recherche a pour objectif principal d’enquêter sur la thématique des parcours éducatifs des jeunes en temps de crise dans une perspective comparative franco-italienne. À partir de l’analyse des systèmes éducatifs des deux pays, on entend comprendre quels sont les éléments qui conditionnent aujourd’hui la construction des trajectoires des individus, à travers une double approche méthodologique quantitative et qualitative.

En manière particulière, on veut attirer l’attention sur la délicate transition entre le second cycle du système scolaire et l’enseignement supérieur, c’est-à-dire sur l’ensemble des facteurs attribués et acquis qui incitent les jeunes à s’engager dans un parcours universitaire spécifique ou à entrer dans le monde du travail en exploitant le titre du diplôme obtenu.

Comme on le sait, dans les sociétés contemporaines l’éducation est sans aucun doute le principal moyen de transmission des postes de travail d’une génération à l’autre. Il est donc clair que la recherche est directement et inévitablement intégrée dans le cadre conceptuel plus large de la reproduction des inégalités.

D’un point de vue théorique, on entend lire les parcours éducatifs à la lumière du débat sociologique classique entre structure et agency. Ce débat est fréquemment ramené à la confrontation entre deux auteurs : d’un côté Pierre Bourdieu et les concepts d’habitus, de champ e des capitals (Bourdieu et Passeron, 1964; Bourdieu, 1970; Bourdieu, 1979) ; de l’autre, Ulrich Beck et l’accent mis sur la réflexivité et les processus d’individualisation (Beck, 1992; Beck, Giddens et Scott, 1994). Une attention particulière sera également accordée aux récentes propositions middle ground, comme celle présentée par Evans et Rudd (Evans et Rudd, 1998; Evans, 2002), qui tente d’intégrer les deux approches et de donner forme à de nouvelles catégories conceptuelles pour la définition d’une théorie sociale unique.

Cette recherche doctorale s’inscrit dans le cadre d’un accord de co-tutelle entre l’Université de Poitiers ( Laboratoire GRESCO ) et l’Université de Naples Federico II ( Dipartimento di Scienze Sociali ).

Mémoires de recherche

– 2017 : Disuguaglianza e futuro. Progetti di vita e aspirazioni di giovani universitari a Napoli. Sous la direction de Antonella Spanò. Vote 110/110 cum laude.

Recherche

Menu principal

Haut de page