Septièmes rencontres Jeunes & Sociétés en Europe et autour de la Méditerranée

Présentation générale des 7èmes rencontres

Les 7èmes rencontres Jeunes & Sociétés en Europe et autour de la Méditerranée – RJS 7 –s’intéresseront aux jeunes migrants vers, en et depuis l’Europe, qu’il s’agisse de jeunes migrants venus du Sud, désireux d’aller vers les pays du Nord, de jeunes migrants partis d’un pays européen dans l’objectif de s’installer durablement dans un autre pays européen, voire d’individus partant d’Europe pour s’installer ailleurs. Il s’agira, en somme, d’examiner les processus migratoires depuis, en et vers l’Europe, dans lesquels sont impliqués des jeunes de toutes conditions et de toutes origines.

Les flux migratoires internationaux ont crû rapidement au fur et à mesure de la globalisation de l’économie mondiale. Les Nations Unies estimaient ainsi à près de 200 millions le nombre des migrants dans le monde en 2005 contre 75 millions seulement en 1965 et 115 millions en 1990. La progression dont témoignent ces chiffres s’est toutefois ralentie depuis mais les flux de migrants internationaux à l’échelle mondiale représentent toujours environ 3,3% de la population mondiale et leur volume s’établissait à 230 millions de migrants en 2010.

Nombreux sont, parmi ces migrants, les jeunes qui quittent leur pays et leur famille pour se lancer dans une aventure incertaine. Certains sont à la recherche d’un emploi et de conditions d’existence plus favorables : ceux-là sont souvent exposés aux risques les plus menaçants, notamment lorsqu’ils sont contraints d’avoir recours à des intermédiaires peu scrupuleux. Ceux qui migrent pour continuer leurs études dans les universités des pays du nord courent certes des risques moindres : reste qu’ils sont soumis à des contrôles tatillons dans les pays d’accueil et, de plus en plus souvent, en butte à des tracasseries administratives diverses. Ils sont aussi confrontés au dilemme, à la fin de leurs études, entre rentrer au pays ou tenter de s’installer dans le pays d’accueil.

Un an après le drame de Lampedusa, et dans un contexte de contrôle accentué des flux migratoires – selon l’expression officielle – il nous paraît utile de nous interroger sur ces migrations et de faire un point sur les jeunes migrants, mineurs isolés étrangers, jeunes travailleurs ou étudiants incertains quant à leur retour au pays.(1.1) Présentation générale des 7èmes rencontres

Les 7èmes rencontres Jeunes & Sociétés en Europe et autour de la Méditerranée – RJS 7 –s’intéresseront aux jeunes migrants vers, en et depuis l’Europe, qu’il s’agisse de jeunes migrants venus du Sud, désireux d’aller vers les pays du Nord, de jeunes migrants partis d’un pays européen dans l’objectif de s’installer durablement dans un autre pays européen, voire d’individus partant d’Europe pour s’installer ailleurs. Il s’agira, en somme, d’examiner les processus migratoires depuis, en et vers l’Europe, dans lesquels sont impliqués des jeunes de toutes conditions et de toutes origines.

Les flux migratoires internationaux ont crû rapidement au fur et à mesure de la globalisation de l’économie mondiale. Les Nations Unies estimaient ainsi à près de 200 millions le nombre des migrants dans le monde en 2005 contre 75 millions seulement en 1965 et 115 millions en 1990. La progression dont témoignent ces chiffres s’est toutefois ralentie depuis mais les flux de migrants internationaux à l’échelle mondiale représentent toujours environ 3,3% de la population mondiale et leur volume s’établissait à 230 millions de migrants en 2010.

Nombreux sont, parmi ces migrants, les jeunes qui quittent leur pays et leur famille pour se lancer dans une aventure incertaine. Certains sont à la recherche d’un emploi et de conditions d’existence plus favorables : ceux-là sont souvent exposés aux risques les plus menaçants, notamment lorsqu’ils sont contraints d’avoir recours à des intermédiaires peu scrupuleux. Ceux qui migrent pour continuer leurs études dans les universités des pays du nord courent certes des risques moindres : reste qu’ils sont soumis à des contrôles tatillons dans les pays d’accueil et, de plus en plus souvent, en butte à des tracasseries administratives diverses. Ils sont aussi confrontés au dilemme, à la fin de leurs études, entre rentrer au pays ou tenter de s’installer dans le pays d’accueil.

Un an après le drame de Lampedusa, et dans un contexte de contrôle accentué des flux migratoires – selon l’expression officielle – il nous paraît utile de nous interroger sur ces migrations et de faire un point sur les jeunes migrants, mineurs isolés étrangers, jeunes travailleurs ou étudiants incertains quant à leur retour au pays.


  • Lire la présentation complète des « 7èmes rencontres Jeunes & Sociétés en Europe et autour de la Méditerranée » :

Rjs7_DossierPrésentation

Recherche

Menu principal

Haut de page