RÉSUMÉS / ABSTRACTS

Vous trouverez ici les résumés de toutes les communications du colloque classés par ordre alphabétique à partir du nom des auteurs.

Fabien Accominotti (avec/with Karim Hammou)

Columbia University

«Les collaborations artistiques comme tactique de survie dans l’économie de la visibilité médiatique»
Si les diverses façons par lesquelles les collaborations influencent les carrières ont été largement étudiées, leur prise en charge par les artistes sont moins connues. Or les collaborations ont toutes les chances d’être, au moins en partie, gérées stratégiquement par les acteurs comme des ressources potentielles mises au service de fins à la fois économiques et réputationnelles. Nous montrons la fécondité de cette approche au travers du cas des collaborations dans un segments des industries musicales, le rap français. Par le biais d’une analyse de réseaux dynamique, nous distinguons ce qui, dans la formation des collaborations entre rappeurs, tient à la recherche de bénéfices économiques, d’une part, et à la gestion par les acteurs d’enjeux de statut d’autre part. Nos résultats montrent notamment la présence de logiques assurantielles dans les invitations mutuelles entre artistes, ainsi que le poids des logiques de statut dans les relations entre générations différentes d’artistes.

“Collaborations as a strategy for visibility and status: the case of French rap music”
While the various mechanisms through which collaborations influence individual careers have been closely studied by sociologists, the management of their collaborations by individuals has received relatively little attention. Collaborations, meanwhile, are likely to be strategically managed by actors, as they can procure both economic and reputational benefits. We illustrate the fecundity of this approach by analyzing collaborations between artists in one specific culture industry: French rap music. To this end we model the forces driving the evolution of the network of invitations between French rap artists over the period 1990- 2004. Doing so, we seek to parse out what, in the formation of invitations, owes respectively to the search for economic benefits and to the management by artists of their social status. Our results show that actors indeed use invitation to secure access to valuable resources (in particular media visibility) and thereby cope with the economic uncertainties of the music industry. Yet we also show that invitations are driven by status-seeking strategies, especially as far as invitations between artists of the same cohort are concerned.

Pascale Ancel (avec/with Patricia Girel)

Université Mendès-France, Grenoble, France

Du banal aux scandales. Brooke Shields_: les tribulations d’une image en art
En 1978, Brooke Shields fait la une de Photo Magazine. Sur cette photographie (The woman in the child) elle a dix ans, est maquillée comme une adulte et pose nue dans une baignoire. En 2009, la même image est retirée de l’exposition Pop Life (Tate Modern) par une brigade de Scotland Yard. Entre temps elle a été montrée dans divers lieux aux Etats-Unis et en Europe, faisant l’objet de réceptions contrastées. Retraçant le parcours artistique de cet «_objet_» visuellement stable, il s’agit d’analyser les logiques de consécration et de disqualification à l’œuvre dans le domaine des arts visuels et d’engager une réflexion plus générale sur les controverses jalonnant l’histoire de l’art récente, donnant à lire les changements de conventions des mondes de l’art ainsi que les limites entre l’admissible et l’inadmissible, le pornographique et l’érotisme, le privé et le public, selon les époques et les contextes.

From banal to scandals. Brooke Shields_: The tribulations of an image in Art
In 1978, Brooke Shields hits the headlines of Photo Magazine, with a photograph (The woman in the child) where she is ten years old, is made up like a woman, and stands up naked in a bathtub. In 2009, this same image is removed from the exhibition Pop Life (Tate Modern) by Scotland Yard. Meanwhile, this picture has been exhibited in the United States, in Europe, in many places, stirring up diverse receptions. By describing the artistic career of this artwork (a visually invariant photograph), we intend to analyze the consecration and disqualification arguments at work in the visual arts field in the last forty years. We intend to widen the perspective about recent art controversies, and to illustrate the changing conventions in the worlds of art, as well as the limits between acceptable and unacceptable works, erotic and pornographic pictures and public and private life, in relation with different times and contexts.

Fabio Andreazza

Università degli Studi «_G. d’Annunzio_» Chieti-Pescara, Italie

La consécration de Chaplin et le bouleversement de la légitimité artistique
Grâce surtout à la reconnaissance française, Charlie Chaplin devient dans le années 1920 un artiste légitime également pour beaucoup d’intellectuels allemands et italiens – tandis qu’encore en 1931, malgré les efforts
d’autopromotion du cinéaste, le sophistiqué New Yorker lui refuse ce statut.
À l’aide de quelques cas représentatifs, l’intervention veut prouver comment la consécration du comique populaire de la part du monde intellectuel européen dépend de plusieurs raisons, qui sont reconductibles à l’habitus des agents de consécration et au contexte national à l’intérieur duquel ils opèrent. De plus, la relation visera aussi à prouver comment le cas Chaplin soit l’indice révélateur de la nouveauté introduite par le cinéma sur le terrain de la légitimité artistique.

Chaplin’s consecration and the upsetting of the artistic legitimacy
Thanks especially to the French recognition, in the 1920s Charlie Chaplin becomes a legitimate artist also for many German and Italian intellectuals – while, still in 1931, in spite of the efforts on self-promotion made by the cinéaste,
the sophisticated New Yorker denies him that status.
Through some case studies, the paper aims to demonstrate how the consecration of the popular comedian carried out by the European intellectual world depends on different reasons, such as the habitus of the agents of consecration and the national context in which the latter takes place. Moreover, it focuses on the Chaplin case as a sign
of the novelty introduced by the cinema concerning the question of artistic legitimacy.

Alice Aterianus-Owanga

CREA, Université Louis-Lumière II, Lyon, France

« Groupie love » : du rôle de quelques agents féminins dans la construction de la notoriété chez les rappeurs de Libreville
A partir d’une investigation ethnographique de longue durée auprès des jeunes artistes hip-hop de Libreville, cette présentation éclaire le rôle des agents féminins dénommés « groupies » au sein d’un milieu musical viricentré, en interrogeant les mécanismes et enjeux d’accession à la notoriété qui y prévalent. Loin de considérer la notion de « groupie » comme un allant de soi, elle décompose le sens et l’usage de cette catégorie en décrivant les différents cas de figure qu’elle recouvre (relations d’un soir, fans féminines, figurantes et danseuses de vidéo-clips, ou encore femmes fortunées désirant se rapprocher de jeunes hommes célèbres). Se révèlent alors les rôles multiples de ces agents féminins dans la définition du « buzz » des rappeurs – notion émique synonyme de célébrité et de prestige -, de leur pouvoir et de leur masculinité. On découvre ainsi les rapports de pouvoir mis en branle par la quête de notoriété des jeunes du mouvement hip-hop, et les échanges entre artistes, groupies et hommes politiques sur
lesquels repose en partie l’économie de la célébrité du rap gabonais.

«_Groupie love_». About some female agents for the construction of notoriety in Gabonese rap
Basing on a long-term ethnography with the young hip-hop artists of Libreville, this presentation enlightens the role of some feminine agents called « groupies » within this musical viricentered environment, and it questions mechanisms and stakes of accession to fame that prevail there. Far from taking the notion of « groupie » for granted, it decomposes meanings and uses of this category by describing the various figures that it recovers (feminine occasional relationships, fans, extras and dancers appearing in video clips, or wealthy women wishing to get closer to famous young men). Are thus revealed multiple roles of these agents in the definition of rapper’s « buzz » – emic notion synonym for celebrity and for prestige-, of their power and their masculinity. We discover the relationships of power set in motion by the quest for fame in hip-hop movement, and the exchanges between artists, groupies and politicians on who relays partially the Gabonese rap’s economy of celebrity.

Malvina Balmes

EHESS, Paris, France

Conteurs créoles, entre tradition et mondes de l’art : représentations, réputations et reconnaissance
A partir de la situation martiniquaise, il est question de montrer comment s’est opéré et continue de s’opérer le passage du conte de tradition orale construit comme tradition liée au rituel funèbre, d’un monde de la culture populaire à celui d’un monde de l’art au sens où Howard Becker (1988) définit les mondes de l’art.
L’analyse du processus de reconnaissance des conteurs et des nouveaux «_paroleurs_» s’appuiera sur la définition de frontières entre des genres, des registres culturels et des domaines de l’expérience sociale différents. L’observation des transformations associées au caractère mouvant et perméable de ces frontières, en fonction de contextes historiques différents, conduira à interroger le statut de l’artiste (comédien auteur conteur) dans une société locale – dissociée dans un premier temps du contexte national englobant – qui ne dispose pas encore d’un système de formation institutionnalisé et dont l’université n’a pas encore véritablement pris en charge la question des savoirs dans le domaine des arts de la scène.

Creole strorytellers, between tradition and art worlds : representations, reputations and recognition
My purpose is to show how, in the Martiniquais context, the oral tradition of storytelling as part of funeral rituals is shifting from popular culture to art worlds as defined by Howard Becker (1988). The analysis of the process whereby traditional storytellers or new «_paroleurs_» gain recognition is based on the distinctions to be made between styles, cultural repertoires, and different fields of social interaction.
Observing the variations in regard to such fluid and permeable boundaries, as they evolve in different historical contexts, will lead me to reflect upon the artist’s status as an author/storyteller/performer in his immediate social environment – leaving aside, to start with, the surrounding national environment –, in the absence of any institutionalized system of tuition and given the fact that university plays virtually no role in upholding
knowhow in respect to performing arts.

Christophe Bardin

Université de Lorraine, France

La difficile légitimation des verriers indépendants
En 1982, l’exposition New-Glass et verre français contemporain/art et industrie qui se tient au musée des Arts décoratifs de Paris du 8 avril au 5 juillet est l’occasion de dévoiler au grand public quelques verriers contemporains hexagonaux. Ils incarnent alors cette renaissance – au regard d’un riche passé symbolisé par les noms d’Émile Gallé et Maurice Marinot – qui s’amorce timidement à l’aube des années 1970. Groupe informel à ses débuts, cantonné dans le giron de l’artisanat et des métiers d’art, cette première constellation cherche rapidement à exister sur le plan institutionnel et artistique. Si une certaine reconnaissance se précise avec l’amorce d’un marché national concomitant à l’ouverture de galeries spécialisées, il manque toujours, à leurs yeux, une légitimation des parcours et des engagements validée par l’Etat. La création d’institutions marque une étape décisive dans ce processus. Pour autant, à l’euphorie des débuts, succède vingt ans plus tard une
période de désenchantement.

The difficult legitimization of the independent glassworkers
In 1982, the exhibition New-Glass and French glass contemporary / art and industry which is held in the museum of the Decorative arts of Paris from April 8th till July 5th is the opportunity to reveal to the general public some hexagonal(national) contemporary glassworkers. They embody then this revival – with regard to rich past symbolized by the names of Émile Gallé and Maurice Marinot – which begins shyly at the dawn of 1970s. Informal group in its debuts, confined in the lap of the small business crafts and the art professions, this first constellation quickly tries to exist on the institutional and artistic plan. If a certain gratitude becomes clearer with the bait of a concomitant national market in the opening of specialized galleries, is always missing, for them, a legitimization of routes and the commitments validated by the State. The creation of institutions marks a decisive stage in this process. However, in the euphoria of the debuts, succeeds twenty years later a period of disillusionment.

Sebastian Billows

Centre de Sociologie des Organisations, IEP, Paris, France

La formation d’une hiérarchie dans un marché créatif. Co-expositions et succès marchand chez les artistes britanniques (1988-1997)
La hiérarchie dans les marchés créatifs est un produit des appariements entre producteurs. La réputation relative des producteurs dépend de leurs appariements effectués dans le passé, ce qui détermine l’accès aux opportunités économiques présentes. Au niveau du monde de l’art, ce mécanisme conduit à une hiérarchie de producteurs aux niveaux de réputation inégaux. Même si un grand nombre d’études empiriques ont répliqué cette thèse, les appariements n’ont jamais été étudiés dans le contexte de la formation d’un marché de l’art. S’appuyant sur des données d’expositions de groupe organisées pendant la phase de renaissance du monde de l’art britannique (1988-1997), cette étude conduit à des conclusions nouvelles sur les appariements. Dans une première phase, les artistes privilégient la coopération à la compétition. Si une hiérarchie se forme, ce n’est que quelques années plus tard. Ce retard peut être expliqué par la besoin pour le monde de l’art de se construire, un processus qui exclut une concurrence féroce entre producteurs.

The Rise of Hierarchy in Creative Markets: Group Exhibitions and Career Success among British
Artists (1988-1997)

Hierarchies in creative markets are an outcome of recurrent ties among producers. Producers’ relative reputation depends on their past ties, which affects access to present economic opportunities. At the level of the art world, this mechanism leads to a hierarchical landscape where producers are endowed with unequal levels of reputation. Although many empirical studies have replicated this claim, recurrent ties have never been studied in the context of art world formation. Using data on group shows held during the rebirth phase of the British art world (1988-1997), this study produces a new picture of recurrent ties. In an early phase, artists favor cooperation over competition. Hierarchy arises yet only some years later. This delay can be explained by the need for the art world to shape up, a process that precludes fierce competition among producers.

Géraldine Bois

Centre Max Weber (équipe DPCS), UMR 5283, ENS Lyon, France

Les ressources et les degrés d’investissement des écrivains de littérature peu reconnus : des cas de décalage entre position littéraire et propriétés de leurs occupants
À partir des résultats d’une enquête quantitative et qualitative, il s’agit de pointer les limites de la notion de « position » (Bourdieu) pour étudier les investissements littéraires d’écrivains peu reconnus. Alors que cette notion insiste sur l’ajustement de cette position avec l’habitus et l’illusio de ses occupants, mon travail met en évidence la fréquence des situations de décalage. Ainsi, une part non négligeable d’écrivains peu reconnus ont des ressources utiles à l’investissement littéraire et sont très investis dans les enjeux littéraires. Ce constat – principalement établi sur la base de l’enquête quantitative – justifie une analyse plus approfondie des degrés et des formes de l’investissement de ces auteurs sur les différents terrains de leur activité littéraire. Sur ce point, quelques résultats issus de l’enquête par entretiens seront aussi exposés.

Resources and Degrees of Investment of Writers with low Recognition:_ Cases of Discrepancy between literary Position and Occupiers’ Properties
From the findings of a quantitative and qualitative research, my purpose is to specify the limits of the notion of “position” (Bourdieu) when studying the literary investments of writers with low recognition. While the notion stresses the adjustment of this position with its occupier’s habitus and illusio, my work shows that situations of discrepancy are frequent. Indeed, a significant proportion of writers with low recognition have useful resources for investing in literature and are very involved in the literary stakes. This fact – established mainly by means of a statistical survey – justifies a more detailed analysis of the degrees and forms of these authors’ investment in various areas_of their literary activity. On this issue, a few qualitative empirical results_will be presented.

Anna Boschetti

Université de Venise, Italie

Les Paradoxes apparents du futurisme
Le cas du futurisme est, pour bien des aspects, paradoxal, par rapport à l’image de la consécration que proposent les deux ismes français entre lesquels se situe la tentative de Marinetti_: le symbolisme et le surréalisme. Ces derniers ont progressivement conquis la reconnaissance des pairs, en France et à l’étranger, et sont entrés dans les programmes scolaires du monde entier. Le futurisme n’a jamais été considéré comme une tentative pleinement légitime par ses contemporains, à en juger par les échos immédiats et explicites. Quant à la postérité, si la côte de l’art futuriste n’a cessé de croître, les manifestes sont les seuls textes de Marinetti encore célèbres et cités dans les manuels. Pourtant, si on reconstitue l’ensemble des effets que le futurisme a exercé dans l’évolution de la littérature et de l’art contemporains, à l’échelle mondiale, on peut dire que peu d’ismes on eu un impact aussi considérable dans l’histoire de la modernité. Avant Duchamp et Tzara, le futurisme a explicitement remis en question la notion même d’art et de valeur artistique. Il a suscité partout beaucoup d’attention de la part des novateurs et a contribué de manière déterminante à déclencher la compétition exaspérée, la surenchère expérimentale et l’accélération qui caractérisent les recherches artistiques et littéraires à la veille de la première guerre mondiale. Pour ne citer que des exemples connus, le lancement du cubisme, la genèse du vorticisme, le futurisme russe, le premier modernisme portugais et brésilien s’inscrivent sans doute dans ces réactions. La diffusion des suggestions futuristes a produit un effet d’unification et de synchronisation des recherches avant-gardistes à l’échelle planétaire, avec les variations qui se produisent toujours dans la circulation transnationale, suivant les rapports de forces politiques, économiques et symboliques entre les pays, l’état du champ d’accueil et les positions individuelles. Le futurisme a conféré un sens nouveau à la notion métaphorique d’avant-garde, en l’associant à l’image d’un «_mouvement_» collectif, radicalement subversif dans tous les domaines –art, mœurs, politique- alors que le terme avant-garde désignait jusque là, la position d’un individu ou d’un groupe devançant ses contemporains, dans un domaine spécifique. Dada et le surréalisme se sont inspirés de ce modèle, aussi bien au niveau du fonctionnement que des expérimentations poursuivies. Les études savantes ont considéré ces trois cas comme la représentation idéaltypique d’un phénomène inédit -«_les avant-gardes historiques_»- dont elles ont cherché a définir les traits, sans voir que Marinetti et se émules n’ont fait qu’utiliser de manière particulièrement outrée et tapageuse des formes de lutte symbolique courantes depuis le Romantisme.
L’analyse va reconstituer les conditions de possibilité de la stratégie de Marinetti, les atouts et les faiblesses que sa position, son œuvre et ses démarches promotionnelles présentent, par rapport aux schèmes de perception de ses pairs étrangers, suivant les contextes nationaux. En tenant compte également des rapports de concurrence et des alliances, on peut expliquer l’intérêt et l’émulation, souvent déniés et mêlés de méfiance ou de condescendance, que le futurisme a suscitée de la part de tous les poètes et artistes contemporains tournés vers la modernité. L’historicisation concerne également les classements savants, qui tiennent à la position de leur auteur et souvent reprennent les fausses évidences transmises par les contemporains.

The apparent paradoxes of Futurism
Futurism is in many aspects paradoxical compared to the image of the consecration that both French -isms between which Marinetti’s work lies – symbolism and surrealism – offer. The latter has gradually conquered the recognition of peers, in France and abroad, and entered into school programs all over the world. Futurism was never considered a fully legitimate attempt by Marinetti’s contemporaries, judging by the immediate and explicit echoes. As for posterity, even if the quotation of Futurist art has continued to grow, the manifestos are the only texts by Marinetti that are still famous and quoted in textbooks. Yet if we reconstruct the effects that Futurism exerted in the evolution of contemporary literature and art in the world, we can say that few -isms had such an impact on the history of modernity. Before Duchamp and Tzara, Futurism explicitly questioned the notion of art and artistic value. It attracted a lot of attention everywhere from innovative artists and contributed significantly to trigger extreme competition, experimental escalation and acceleration that characterize artistic and literary research on the eve of the First World War. To cite only well-known examples, the launch of Cubism, the genesis of Vorticism, Russian Futurism, Portuguese and Brazilian modernism probably fall among these reactions. Dissemination of Futuristic proposals has produced an effect of unification and synchronization of avant-gardist research on a global scale, with variations that always occur in transnational circulation, according to the state of the field of reception and individual positions. Futurism gave a new meaning to the metaphorical notion of avant-garde, by associating it with the image of a collective « movement », radically subversive in all domains – art, customs, politics – whereas the term avant-garde meant until then the position of an individual or a group ahead of his contemporaries in a specific area. Dada and Surrealism were inspired by this model, in their functioning as well as in their experimentations. Scholarly studies have considered these three cases as ideal-typical representation of a new phenomenon – « the historical avant-garde » – of which they have sought to define the features, without seeing that Marinetti and his followers have simply used forms of symbolic struggle
current since Romanticism in a particularly outrageous and blatant way.
The analysis will reconstruct the conditions of possibility of Marinetti’s strategy, the strengths and weaknesses of his position, his works and his promotional efforts, with respect to schemes of perception of his foreign peers, depending on national contexts. By taking also into account competitive relationships and alliances, we can explain the interest and emulation, often denied and mingled with suspicion or condescension, that Futurism provoked from all contemporary poets and artists who turned to modernity. Finally we will historicize the judgements of posterity, which depends on the position of the scholars and often repeats false truisms
provided by contemporaries.

Laura Braden

Erasmus university of Rotterdam, Netherlands

Génération perdue : la relation entre expositions muséales et manuels d’histoire de l’art dans le développement du canon américain de l’art moderne
Comment les organisations clés de légitimation convergent vers des choix canoniques artistiques? Alors que de précédentes recherches ont étudié l’impact évaluatif d’acteurs isolés (du champ), la manière dont les évaluations des organismes centraux de légitimation agissant les unes sur les autres demeure à ce jour encore négligée. A la suite des travaux de DiMaggio relatifs aux organisations et à la diffusion de la culture savante aux Etats-Unis, nous analysons les rapports entre les choix canoniques des «pionniers» de l’exposition et de l’éducation dans le champ américain de l’art moderne de 1913 à 1970: le Museum of Modern Art (MoMA) et deux manuels d’histoire de l’art fondamentaux, Art through the Ages écrit par Gardner et History of Art de Janson. Les résultats indiquent que la construction d’un canon artistique a pris du temps et s’est caractérisé au départ par une hiérarchie qui est apparu entre le musée et les manuels scolaires. Si les choix d’exposition du MoMA oriente la sélection d’artistes qui figurent dans les manuels scolaires, le musée, en revanche, n’a pas été influencé par le premier texte académique américain d’histoire de l’art. Cette hiérarchie entre l’éducation et l’exposition entrain el’exclusion d’artistes du canon culturel américain. Plus particulièrement, le genre et la nationalité apparaissent comme des facteurs importants qui contribuent à déterminer la reconnaissance et la
couverture d’artistes au cours de périodes stratégiques de l’histoire.

Generation Lost: The relationship between museum exhibition and art history textbooks in the
development of the US modern art canon

How do key legitimating organizations coalesce on canonical choices? While prior research has assessed the evaluative impact of isolated field actors, how the evaluations of central legitimating organizations influence each other is often unheeded. Extending DiMaggio’s scholarship on organizations and the diffusion of high culture in the US, I analyze the interplay of canonical choices by exhibition and education’s “first movers” in the US modern art field from 1913 to 1970: the Museum of Modern Art and two foundational art history textbooks, Gardner’s Art through the Ages and Janson’s History of Art. Results indicate the canon took time to solidify with an early hierarchy emerging between Museum and textbook. Though MoMA exhibition choices influence textbook coverage of artists, the Museum was not guided by the first US academic art history text. This hierarchy between education and exhibition functions to exclude artists from the US cultural canon. Particularly, artist’s gender and nationality emerge as significant factors that help determine recognition and coverage
during strategic historical periods.

Éric Brun

CESSP-CSE

L’intérêt au désintéressement chez les mouvements d’avant-garde. La mise en scène d’un refus de la
reconnaissance artistique par Guy Debord

Dans cette communication, nous reviendrons sur le discours tenu par le principal animateur du mouvement situationniste, Guy Debord, affirmant ne rechercher aucune reconnaissance de la part des instances de consécration artistique. Après avoir mis ce discours en rapport avec la logique de succession des positions au sein d’un champ artistique parvenu à un haut degré d’autonomie (la rupture avec les positions «_déjà faites_»), on se questionnera sur la mise en pratique de ce refus. En pratique, le désintéressement relève ici à la fois d’une mise en scène consciente et délibérée d’une posture collective (en mesure de produire un «_respect_» de la part du public des «_avant-gardes_»), et d’une définition de soi en authentique «_révolutionnaire_» (d’un
habitus imposant une forme de fidélité à soi-même).

Interest in Disinterestedness within the Avant-garde Movements. Guy Debord and his Presentation of
Self as Rejecting Artistic Recognition

I will present the speech held by the leader of the Situationist movement, Guy Debord, about the fact that he didn’t search recognition by any artistic institution. First, I will propose that this conspicuous selflessness emerged from the mode of succession within a highly autonomous artistic field (the principle of evolution through revolution). Then, I will analyze the practical application of this speech. In the case of Debord, selflessness was both a deliberate strategy (an exhibit of self in a way to command the avant-gardes public respect) and a self-definition as an authentic “revolutionary” (an habitus commanding acts that remain faithful
to oneself).

Hélène Brunaux

Université Toulouse III, France

Parcours de reconnaissance et principes de singularité dans le monde de la danse
L’étude s’intéresse aux interventions chorégraphiques urbaines impulsées par diverses structures, ou générées par des activités auto-organisées dans l’espace public. Sont concernés les workshops ponctuels mais aussi les manifestations chorégraphiques davantage pérennes. En étudiant les manières dont les artistes-chorégraphes circulent sur les réseaux sociaux du monde de la danse, nous avons mis en évidence que certains danseurs ont su conserver une forme d’indépendance par rapport aux structures instituées. Pour acquérir une légitimité sur plusieurs segments artistiques à la fois, ils ont appris à les reconnaître et à s’y faire reconnaître. En suivant leur circulation dans le monde de la danse, nous établissons d’une certaine manière leurs parcours de reconnaissance. L’intérêt est ici de comprendre comment certains artistes arrivent, contrairement à d’autres, à gérer ces tensions et ces conflits de reconnaissance vis-à-vis de leur autonomie, tout en restant créatifs et
vigilants quant à leur place sur le marché.

Recognition paths and singularity principles in the dance world
This work focuses on urban choregraphic interventions either impulsed by art organizations or generated through self-organizing activities in public space. It includes one-time workshops but also more long-term choregraphic events. By studying how art choregrapher are flowing through dance world’s social networks, we show how some dancers managed to keep some independence from institutional formal organizations. To reach such legitimacy on different art segments, they had to learn how to recognize and be recognized. By following their moves and flows in the dance world, we can somehow render their recognition paths. Our point is to understand how some artists manage to deal with these tensions and recognition conflicts against their
autonomy while staying creative and alert to their status on the market.

Mariana Eva Cerviño

Instituto de investigaciones Gino Germani, Universidad de Buenos Aires, CONICET, Argentina

L´entrée de nouveaux genres d´artistes dans le champ culturel durant la post dictature, en Argentine (1984-1993)
De 1976 à 1983 un régime totalitaire gouverna en Argentine. Sa politique répressive affecta d’une manière particulière le champ artistique. Même si dans la plupart des cas les artistes-plastiques n’ont pas subi des persécutions directement, il y a eu des effets plus subtils qui ont transformé en profondeur le fonctionnement de cet espace. La période est caractérisée par la réduction de la sociabilité des artistes à de petits groupes, la façon arbitraire de choisir les critères dans les institutions officielles et l’homogénéisation des esthétiques en circulation: il s´est produit un retour visible à la peinture figurative à l’intérieur des ateliers. C´est comme produit de tout cela que, à la fin de la période, on peut constater une homogénéisation progressive des types
sociaux d’artistes qui se trouvent au centre du champ culturel.
À partir du retour de la démocratie, il a lieu sur le champ culturel de Buenos Aires un processus de recomposition qui évolue progressivement vers l’ouverture de cet espace social, en permettant l´accès à d’autres sujets sociaux. Les nouveaux venus portent avec eux leurs respectifs univers de symboles. Nous analyserons les différents types d’artistes qui se rencontrent dans le champ de Buenos Aires pendant la transition vers la démocratie. À partir d´indicateurs qui nous permettent de lier les artistes, les styles et les espaces de circulation de leurs oeuvres, nous identifions une division qui marque ce moment du champ culturel, entre l’espace des artistes consacrés dans le cours des années de la dictature et celui où les jeunes aspirants font son apparition, après l’instauration de la démocratie. Nous essaierons ici de faire un abordage à partir de l’étude du processus d’émergence des « artistes du Rojas », qui a supposé l’opposition contre les groupes dominants de l’époque.

The Arrival of New Types of Artists in Argentina’s Post-Dictatorship Cultural Field (1984-1993)
From 1976 to 1983, a totalitarian régime ruled in Argentina. Its repressive policies had an peculiar effect on the artistic field. Although most plastic artists had not been persecuted directly, there were subtler effects that deeply shaped how this social space would operate. This period was characterized by artists’ social interactions being reduced to small groups, an arbitrary selection criteria in official institutions and a homogenization of the aesthetics in circulation: there was a manifest return to figurative painting, realized in the privacy of their workshops. As a result, towards the end of this period one may observe a progressive homogenization of the
social types of artists in the core spaces in the field.
After a return to democracy, a process of alteration took place in Buenos Aires’s cultural field, and gradually opened up this social space, allowing the entrance of other social actors. These newcomers brought their own symbolic universes. I will analyze the different groupings of artists located in Buenos Aires during the transition towards democracy. Based on indicators that allowed me to connect artists, styles and the spaces where their works circulated, I identify a divide characteristic of this moment in the field between the spaces of artists established during years of dictatorship, and those where young hopefuls made their appearance following the restoration of democracy. I will approach this process of transition from dictatorship to democracy by studying the process of emergence of the artists known as “the artists of the Rojas”, which allegedly implied an
opposition to the leading groups of the time.

Christophe Charle

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, France

L’émergence du panthéon de la musique classique et de l’opéra au XIXe siècle
La constitution d’un panthéon ou «_canon_» musical et de l’opéra au cours du XIXe siècle est une innovation majeure et durable de la vie musicale. Si le mouvement est parallèle et synchronisé entre les deux activités il ne répond pas tout à fait aux mêmes raisons, ni aux mêmes modalités bien qu’on les confonde souvent en raison de la présence dans les deux listes de musiciens et compositeurs les plus consacrés de plusieurs noms communs. On s’attachera à expliciter ce phénomène, ses raisons historiques, sociologiques et économiques et d’en mesurer les effets durables sur à la fois l’activité musicale ultérieure et sa perception dans la culture commune

The emergence of a musical canon and of a hit parade of operas during the 19th century
The emergence of a musical canon and of a hit parade of operas during the 19th century is one major innovation of musical life. If the process of canonization is following parallel and synchronic paths in the two forms of musical activity, its reasons are different and the modalities are specific in each one, though they are frequently assimilated because the same illustrious names are present in both lists. The lecture will try to bring some light in this phenomenon, to delineate its historical, sociological and economic roots and to measure its durable
effects on musical life and its perception in mainstream culture.

Delphine Chedaleux

Université Michel-de-Montaigne, Bordeaux III, France

Qu’est-ce qui fait la valeur artistique de The Artist? Etude de(s) réception(s) d’un succès cinématographique.
Je propose d’analyser ici la reconnaissance critique et publique du film The Artist (Michel Hazanavicius, 2010-2011). Qu’est-ce qui fait la valeur artistique de The Artist_? Quels sont les principaux critères de jugement mis en avant dans l’évaluation du film_? Comment cet exemple peut nous aider à mieux saisir la structuration
du champ cinématographique en France_?
Ma démarche s’appuie sur l’étude de la réception du film dans un échantillon de journaux spécialisés et généralistes, pris parmi des titres représentant divers positionnements socioculturels. Cette étude empirique s’accompagne, dans une logique comparative, de l’analyse d’un échantillon de critiques émanant de spectateurs et spectatrices «_ordinaires_» sur le site AlloCiné (www.allocine.fr), l’un des principaux sites français consacrés
au cinéma, sur lequel les internautes sont invité-e-s à rédiger des critiques.

What makes the artistic value of The Artist? Reception study of a film success
This communication analyzes the reception of the french movie The Artist (Michel Hazanavicius, 2010-2011, France). What makes the artistic value of The Artist? What are the main criterions advanced in the evaluation of the movie? How this example can help us to understand better the social running of the film field in France?
I propose to study the reception of the movie in a sample of specialized and non-specialized newspapers and reviews representing several social and cultural positions. In a comparative logic, I also analyze a sample of criticisms posted by « ordinary » spectators on the site AlloCiné (www.allocine.fr ), one of the main French sites dedicated to the cinema, on which the Internet users are invited to express their point of view.

Samuel Coavoux

École Normale Supérieure de Lyon, France

Reconnaître un chef-d’œuvre. Attention, statut et compétence dans la réception d’un tableau de maître
Le concept de reconnaissance comprend, pour la sociologie de l’art et de la culture, deux dimensions, celle de l’attribution de la valeur par les institutions du champ de production culturelle, et celle de son identification par les consommateurs, mais la première est traditionnellement privilégiée dans les analyses. Cette communication propose de revenir sur cette distinction en s’intéressant à un cas de relative dissonance, un tableau de Nicolas Poussin, que les visiteurs de musée peinent à identifier comme chef-d’œuvre, et à comprendre les raisons de ce statut. Elle est fondée sur une enquête de réception menée par observations et entretiens. Nous montrons d’abord comment la distribution de l’attention des visiteurs est influencée par le statut des œuvres, puis décrivons comment le tableau est réduit par les visiteurs au seul nom de son peintre et analysons leurs
réactions au statut attribué à l’œuvre.

To Identify a Masterpiece. Attention, Status and Skill in the Reception of an Old Master’s Painting
The term « reconnaissance » (recognition) may bear two meanings in the sociology of the arts. It might designate the production of artistic value by the institutions of the field of cultural production, as well as the identification of this ascribed value by the public. However, most works are only concerned with the first meaning. This paper aims at clarifying this distinction with a case study of a Nicolas Poussin painting. While it is considered a masterpiece by the expert judgment, most visitors fail to identify it as such, and do not understand the reasons behind this status. Drawing on a study in reception, carried through observations and interviews with museum visitors, we will first show how the art piece’s status influences the visitors’ distribution of attention. We will then describe how they identify the painting with its painter, and finally analyses their
reactions to its ascribed status.

Marine Cordier

Université Paris-Ouest Nanterre, France

L’accès à la reconnaissance du « nouveau cirque » : étapes et acteurs
Cette communication se propose d’étudier comment un genre artistique, le « nouveau cirque », a pu accéder en une trentaine d’années à une reconnaissance, alors même que le cirque dans sa forme classique_continue d’être perçu comme un loisir populaire plutôt qu’une pratique culturelle légitime. Différentes instances de légitimation ont contribué à la reconnaissance du « nouveau cirque » : l’émergence d’une critique spécialisée, la « labellisation » des œuvres par certains médias et la reconnaissance par des artistes consacrés ont permis aux œuvres et aux artistes du nouveau cirque de s’imposer dans le champ du spectacle vivant. On s’attachera au rôle de l’Etat dans cette légitimation : en accordant des subventions au titre du « soutien à la création », le Ministère de la Culture n’apporte pas seulement un soutien économique aux compagnies mais également une reconnaissance symbolique, dont l’Année des arts du cirque organisée en 2002 constitue une forme de « consécration » officielle dont on analysera la portée.

Access to the recognition of “new circus” : stages and actors
This paper will explore how an artistic genre, « new circus », has accessed since thirty years to recognition, even though circus in its classical form is still perceived as a popular pastime rather than a legitimate cultural practice. Different instances of legitimation have contributed to the recognition of « new circus »: thanks to the emergence of a specialized critics, the « labeling » of artworks by media and recognition by famous artists, circus works and artists have succeed in the field of performing arts. We will focus on the role of the state in this legitimation : by providing grants to circus creation, the Ministry of Culture not only provides economic support to companies, but also a symbolic recognition : the “Year of circus arts”, organized in 2002, represents a form of official consecration which effects will be analyzed.

Jamil Dakhlia (with/avec François Provenzano et Émilie Roche)

Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle

Entre people et newsmagazines : hybridations savantes et populaires dans les représentations médiatiques de l’écrivain

Dans le corpus étudié, les titres Ici Paris, France Dimanche, Voici et Gala représentent le tournant people de la presse magazine et sont destinés à un public de masse ; les titres L’Express et Le Nouvel Observateur correspondent quant à eux à un lectorat « intellectuel » et illustrent la version française du format newsmagazine. Ces divers supports, considérés dans leur diachronie – de 1950 à 2011 -, construisent et diffusent des représentations variées de l’écrivain, de la chose littéraire en général et de ses hiérarchies symboliques en particulier. Mieux : les médias participent à l’établissement des valeurs qui structurent ces hiérarchies.
Suivant cette problématique générale, l’hypothèse que nous souhaitons développer ici consiste à envisager la fascination réciproque entretenue par les deux catégories de notre corpus : en effet, la presse dite « people » intègre en son sein les logiques de distinction propres à la culture légitime ; à l’inverse, les news pour intellectuels relaient volontiers des codes de représentation hérités de la culture populaire. Certes, ces emprunts font l’objet de détournements ou d’encadrements spécifiques, variables au demeurant selon le type d’écrivain envisagé (auteur de best-sellers ou étiqueté comme intellectuel) ; il n’empêche que ces représentations « exogènes » du savant / du populaire sont particulièrement structurantes quant aux effets de consécration qui s’appliquent aux objets littéraires, à travers les médias et au fil de la seconde moitié du XXe siècle.

Between Gossip and News Magazines: Scholarly and Popular Hybridizations in the Media Representations of the Writer

Our corpus is divided into two categories: aimed at a mass audience, Ici Paris, France Dimanche, Voici and Gala symbolize the “people” (i.e. defined by celebrity news) inclination of the French press, whereas L’Express and Le Nouvel Observateur target ‘intellectual’ readers and illustrate the French newsmagazine format. From a diachronic point of view (from 1950 to 2011), all of these weeklies build and circulate various representations about the writer, literature as a whole and its symbolic hierarchies in particular. Better yet, the media fuel the values that structure those hierarchies.
Following this general perspective, we would like to examine the mutual fascination between the two categories of our corpus: as a matter of fact, the gossip press incorporates distinction logics specific to “legitimate” high culture. Conversely, “intellectual” news displays more and more representation codes stemming from popular culture. Obviously, those exchanges lead to a variety of reshaping and reframing practices, depending on the type of writer (e.g. bestselling vs labeled as intellectual). Nevertheless those « exogenous » scholarly/popular representations play a prominent role in the renown effects which apply to literary objects through the media during the second part of the 20th century.

Sylvie Ducas

Université de Paris-Ouest Nanterre, UFR SITEC, France

Les prix littéraires en France : contribution à une histoire culturelle de la reconnaissance littéraire et du statut auctorial
Cette étude se propose de résumer plus de 15 ans de recherche sur 110 ans d’histoire des prix littéraires (1903-2013), depuis les prix académiques jusqu’aux prix de lecteurs en passant par les prix décernés par des professionnels du livre impliqués dans sa médiation (libraires, biliothécaires, scolaires), d’en étudier les enjeux et les reconfigurations, et d’apporter ainsi sa contribution à une histoire culturelle de la reconnaissance littéraire et du statut auctorial.

Literary prizes and awards : contribution to the cultural history of literary recognition and authorial status
The purpose of this study is to sum up more than 15 years of research on over a century’s history of literary prizes and awards (1903-2013) – from academic to readers prizes including awards delivered by industry professionals promoting books and reading (booksellers, libarians, schools) – and analyze the issues at stake and the mutations of these prizes and awards, thereby contributing to the cultural history of literary recognition and authorial status.

Anne Dujardin

SmartBe, Association Professionnelle des Métiers de la Création, Belgique

Les modes de reconnaissance des artistes ordinaires
La plupart des 45.000 professionnels de la création membres de l’association belge SMartBe est composée d’artistes ordinaires (terme emprunté à M. Perrenoud) qui figurent en majorité au bas de la pyramide professionnelle et qui évoluent principalement dans un réseau local. En moyenne, ces artistes ont 30 jours de prestations rémunérées par an dont ils retirent des revenus faibles, de l’ordre de 3.000€ bruts. Ces montants constituent rarement leur unique source de revenus.
Le succès commercial ou médiatique n’est pas la préoccupation première des artistes ordinaires. La reconnaissance de ces artistes se mesure d’abord par la satisfaction qu’ils ressentent à l’égard de leur travail. Il importe aussi pour eux d’être visibles et d’être dits artistes. La reconnaissance s’acquiert progressivement au fil des projets, par l’insertion dans des réseaux, la satisfaction des clients, la qualité des projets et, dans certains cas, par le biais d’instances de légitimation.

How ordinary artists attain recognition
The majority of the 45,000 creative professionals that are members of the Belgian SMartBe association are ordinary artists (a term taken from the writings of M. Perrenoud). They find themselves for the most part at the very base of the professional pyramid, and function within local networks. On average, these artists carry out no more than 30 working days per year, and thus have low incomes from their artistic activity – around 3,000€ per year. This is rarely their main source of income.
Commercial and media success is not the primary preoccupation of these ordinary artists. For these artists, recognition can be measured in the satisfaction that they get from their work. It is also important for them to be visible and referred to as artists. Recognition is acquired progressively through the completion of projects, insertion into networks, customer satisfaction, the quality of their collaborations, and in some cases, through recognising bodies.

Claude Dupuis

De Duchamp à R. Mutt ou de la valeur ajoutée de l’art à l’auto-consécration. Réflexions sur Duchamp, Beuys et Warhol.
Lorsque Marcel Duchamp invente R. Mutt, il substitue un aujourd’hui illustre inconnu à un artiste reconnu pour présenter au monde ce nouveau concept qu’étaient les ready-made au début du XXème siècle. De son côté Joseph Beuys développe une théorie de la créativité grâce à laquelle chacun devient un artiste. Enfin Andy Warhol crée un monde « underground », la Factory, dans lequel il élève des « superstars » dont certaines s’éteindront bien vite, leurs 15 minutes de gloire passées. Trois acteurs pour trois postures qui au fond ne sont peut-être pas aussi éloignées les uns des autres comme il a pu parfois être écrit. Au regard même de la question centrale de la consécration et de la participation active des trois protagonistes à ce processus, tous trois suivent un parcours similaire entre posture et imposture : refus du statut d’artiste, au sens commun, – l’anti-consécration – puis réaménagement des règles et création de son propre monde de l’art – l’auto-consécration.

From Duchamp to R. Mutt or from the added value of art to the self-consecration. Thought about Duchamp, Beuys and Warhol.
When Marcel Duchamp invents R. Mutt, he substitutes a now illustrious unknown for a renowned artist to present this new concept to the world that the ready-mades were at the turn of the 20th century. On his own side Joseph Beuys develops a theory of creativity with which everyone becomes an artist. Finally Andy Warhol creates a world ‘underground’, the Factory, in which he raises ‘superstars’, some of which will quickly fade, after their 15 minutes of fame past. Three actors and further three postures which are in fact perhaps not as far from each other as it could sometimes be written. Considering the main question of the consecration and the active participation from the three protagonists in this process, all three follow a similar course between posture and imposture: refusal of the status of the artist, to common sense, – anti-consecration – then redevelopment of the rules and creating his own world of art – the auto-consecration.

Florence Eloy

La scolarisation des répertoires musicaux dits “populaires” : l’éclectisme éclairé comme norme de légitimité
Cette contribution se propose de mettre au jour les mécanismes de consécration scolaire des répertoires musicaux dits « populaires ». Pour cela, nous prendrons l’exemple des programmes de musique de l’enseignement secondaire, qui préconisent l’étude et la mobilisation de genres musicaux hétérogènes (dont ceux étiquetés comme populaires). Quelles sont les modalités de l’intégration de ces références musicales au curriculum ? Pour répondre à cette question, nous mobiliserons à la fois les textes officiels de l’éducation musicale depuis 1938, et des données issues d’un travail d’observation de cours de musique en collège.

Scolarization of “popular” music genres: “enlightened eclecticism” as a legitimacy norm.
This contribution deals with the mechanisms of school consecration of music repertoires. Therefore, I will choose the example of the secondary school music curriculum, which recommends the study and use of heterogeneous music genres (including those labeled “popular”). What are the means of integration of such repertoires of music in the curriculum ? In order to answer this question, I will base my analysis on the programs of musical education since 1938, and on empirical data collected through from an observation survey.

Modesto Gayo

Universidad Diego Portales, Santiago, Chile

Des registres de distinction fluctuants : l’historicité de la consécration culturelle dans les goûts musicaux au Chili et au Royaume-Uni
Dans les travaux de Bourdieu, l’idée de distinction joue un rôle clef dans la compréhension des relations sociales et des luttes pour le pouvoir. La distinction est un procssus de différenciation permanent, qui permet aux dominants de conserver leurs privilèges au fil du temps. Ces agents ont des pratiques spécifiques, valorisées dans nos sociétés pour le pouvoir qu’elles représentent. C’est pouruqoi ces pratiques (goûts, comportements) ont un statut culturel particulier, qui peut être désigné par le terme « consécration ». Cependant, sur une longue durée, la consécration implique nécessairement que le status d’une pratique culturelle spécifique se modifie. Ces changements s’opèrent dans le sens d’une reproduction, c’est à dire, un processus qui permette à ceux détenant une position dominante de démontrer aux dominés la pertinence de leur relation hiérarchique. Le concept de distinction a été critiqué à plusieurs titres; notamment avec la figure de l’omnivore culturel, un consommateur classe moyenne-supérieure qui franchit les frontières symboliques entre pratiques culturelles dominantes et dominées, mêlant haute et basse cultures. Ce phénomène a pu être présenté comme inédit et comme fondé sur l’idée de tolérance portée par la jeune classe moyenne étasunienne.
Dans cet article, le concept bourdieusien de distinction est testé selon son adéquation aux modèles historiques de préférences culturelles. Ce travail permet également par la suite de tirer d’importantes conclusions quant à l’omnivore culturel. Ces données chiliennes ont été collectées de façon à permettre une comparaison avec le Royaume-Uni. Cet exercice comparatif permet de dresser clairement des similarités et différences tout aussi importantes.
Trois résultats signifiants ont été produits. D’une part, la deuxième moitié du XXe siècle a vu s’opérer un changement considérable des goûts musicaux. Ensuite, ce changement ne semble pas s’accorder avec le processus social décrit par l’idée de distinction. La distinction existe, mais le phénomène demeure complexe. De plus, l’idée de l’omnivore n’explique pas l’ensemble des résultats. En particulier, le régime omnivore peut être mal compris si l’on s’en tient à l’interprétation Petersonienne – c’est à dire, que la tolérance n’est pas nécessairement l’un de ses éléments. Enfin, à partir de l’étude des données, l’on propose l’idée de « régime culturel » comme moyen de comprendre ce changement profond des goûts musicaux, certainement apparu depuis les années 1950. Ce régime, sorte de nouvelle grammaire ou épistémè, permet de dépasser le niveau individuel d’analyse, afin de comprendre que les individus font leurs choix dans un environnement qui est à la fois leur création et l’objet de leur consommation.

Changing regimes of distinction: the historicity of cultural consecration in musical tastes in Chile and United Kingdom
In Bourdieu´s work the idea of distinction has played a key role in the understanding of social relations as struggles for power. Distinction is a process of ongoing differentiation that serves the purpose of those dominant of keeping their privileged positions across time. These people have particular practices which are very much appreciated in society for the power that they represent. Therefore, those practices (tastes, behaviours) have a specific cultural status, that can be termed “consecration”. However, in the long run, distinction implies that the status of particular cultural practices changes. And it changes in favour of reproduction, that is, helping those in dominant positions to show those below them that this hierarchical relation makes sense.
There have been critiques to the idea of distinction. One of them is that of the cultural omnivore, as a (upper) middle class cultural consumer that cross the symbolic border between dominant and dominated positions in the lifestyles cultural field, producing a mixture that combines highbrow and popular culture. This pattern of behavior was presented as new and based upon the idea of tolerance of those new young middle classes in the United States.
In this article it is explored Bourdieu’s idea of distinction, trying to test whether if fits historical patterns of cultural preference. Having done that, important conclusions about the omnivore are also drawn. This work is made analyzing survey data on musical taste in United Kingdom and Chile. This Chilean data was collected trying to be as comparable as possible with the British data. It is from this comparison how it is possible to clearly see and assess similarities and differences, being both important.
Three very significant thesis were reached. Firstly, during the second half of the XXth century there has been a very dramatic change in musical preferences among people. Secondly, that change does not fit well with the social process suggested by the idea of distinction. There is distinction, but its understanding is complex. Besides that, the idea of the omnivore is also of limited explanatory scope. In particular, omnivorousness can be misunderstood if we stick to the Petersonian, and his colleagues, interpretation, that is, tolerance is not necessarily one of its ingredients. Thirdly, having studied the data, it is proposed the idea of “cultural regime” as a way to understand that a very deep cultural turn in musical tastes occurred probably since the Fifties of the last century. That regime is a sort of new grammar or episteme that allows us to go beyond the individual level of analysis, to understand that people made their choices in an environment that was not only created by them but also consumed.

Marco Giadas-Conde

Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France

Reconnaissance de l’artiste engagé, entre mouvement social et industries culturelles
Cette communication propose d’appréhender les différentes logiques de reconnaissance et de consécration du chanteur Manu Chao dont l’engagement altermondialiste, ainsi qu’une certaine distance à l’égard du star system, se sont avérés compatibles avec de larges succès critique et commercial. A partir d’un corpus de presse écrite, il a été possible de reconstituer les différentes dynamiques socio-discursives responsables de sa visibilité médiatique. Nous intéressant tout particulièrement à leur temporalité et à leur complémentarité, nous avons tâché de saisir les enjeux et les pratiques des acteurs qui, au sein des industries culturelles, produisent et relaient les discours de natures différentes (critique, promotionnelle, politique, people…) associés à l’artiste.

Recognition of an artisted committed to social movement and cultural industries
This presentation will focus on the different mechanisms leading to the fame and popularity of Manu Chao, a singer whose commitment to the anti-globalization movement and distance from the star system did not prevent him from achieving commercial success and recognition by reviewers. I analysed a corpus composed of hundreds of articles published in newspapers and could describe the different social and discursive dynamics that contributed to give him visibility in the media. I have studied the chronology and combination of those processes and attempted to understand the motivations and practises of the social actors in the cultural industries – those who produce and spread different kinds of discourses (Critics, marketers, politicians, celebrities)

Sylvia Girel (with/avec Patricia Ancel)

Aix Marseille Université, France

Du banal aux scandales Brooke Shields : les tribulations d’une image en art

From banal to scandals. The tribulations of an image in Art
(cf. Patricia Ancel)

Marjorie Glas

EHESS / IRIS, Université de Cergy-Pontoise, France

La transformation du phénomène de consécration artistique dans le champ théâtral . Analyse des phénomènes de réussite et d’échec des carrières des metteurs en scène du théâtre public, 1950-1990.
L’objectif de cette communication est de saisir, à travers l’analyse croisée des parcours des signataires de la Déclaration de Villeurbanne en 1968, l’évolution des modes de consécration des carrières des directeurs du théâtre public en France entre 1950 et 1990.
Face aux transformations de l’univers théâtral et de ses modes de hiérarchisation, certains directeurs d’établissement ont été en mesure de s’ajuster à cause du moment et de leur mode initial d’entrée dans l’espace théâtral, de leurs dispositions et de leurs ressources relationnelles, tandis que d’autres pour des raisons symétriquement inverses, n’ont pas été en mesure de faire un travail d’adaptation et d’ajustement nécessaire pour conserver leur position dominante. Ainsi, la transformation des formes de socialisation, l’interdépendance croissante entre membres du champ théâtral, la transformation des critères de reconnaissance artistique et l’importance grandissante du positionnement politique et institutionnel des agents contribueront à disqualifier les carrières marquées par le travail de troupe et l’action culturelle et à faire émerger à contrario deux figures incontournables du champ théâtral actuel : le metteur en scène et le programmateur.

The transformation of the phenomenon of artistic consecration in theatre field. An analysis of the phenomenon of success and failure of stage directors careers in French public theatre, 1950-1990.
The aim of this communication is to understand, through the analysis of the careers of the signatories of the “Déclaration de Villeurbanne” in 1968, the evolution of the consecration criterions for directors of French public theatre between 1950 and 1990.
In view of the transformations of the theatre field and of its organization into a hierarchy, some directors have been able to adapt themselves because of the moment and the way they entered the theatre arena and because of their aptitudes and their relational resources, while others, for opposite reasons, have not been able to adapt themselves so as to keep a dominant position.
Thus, the transformation of socializations, the growing interdependance between members of theatre field, the transformation of recognition criterions and the growing importance of political and institutional positioning were majors factors of the disrepute of careers made of troupes experience and based on popular education principles, while, on the opposite, those phenomenons contributed to the emergence of two major figures: the stage director and the theatre director.

Gérôme Guibert (with/avec Dominique Sagot-Duvauroux)

***
Université Paris 3 (Sorbonne Nouvelle), CIM et GRANEM, France

L’impact de la notoriété de l’artiste dans l’organisation des concerts de musiques actuelles.

Guilet Anaïs

Université de Poitiers et Université du Québec à Montréal

«Tout au monde existe pour aboutir à un livre» écrivait Mallarmé : le paradoxe médiatique du blogue édité
Avec l’avènement des médias numériques et d’Internet, une nouvelle pratique éditoriale voit le jour : la publication de blogues. Au début des années 2000, le blogue édité ne concernait presque que l’autoédition. Ceci n’est plus le cas aujourd’hui puisque les maisons d’édition traditionnelles ont su s’emparer du phénomène. Les blogues proposent un vivier de nouveaux écrivains dont le succès sur le Web peut être garant de leur réussite éditoriale. Pour les auteurs quidam, comme Caroline Allard et Les chroniques d’une mère indigne (2007), la publication est une consécration littéraire. Nous verrons que la remédiatisation en livre, impose des modifications du texte du blogue qui le rendent digne de son nouveau statut médiatique en même temps qu’elles semblent trahir le média d’origine. Nous nous intéresserons à ce pouvoir légitimant du livre face aux nouveaux médias. Un blogue édité d’écrivain reconnu sera aussi abordé : L’autofictif d’Éric Chevillard. Son auteur, qui cherchait d’abord dans le blogue un nouveau champ d’expérience littéraire, semble avoir divergé de son intention originelle en éditant finalement son texte. Le cas des blogues édités permettra de soulever l’aspect problématique de la persistance du livre, en tant que média littéraire modèle, à l’heure des écritures numériques.

“Everything exists to end in a book” wrote Mallarmé : The published blog paradox
With the expansion of new media and Internet, a new publishing practice is developing: the published blog. At the beginning of 2000, published blog were only concerning self-publishing. But it’s not the case anymore, since traditional publishers have become interested in the phenomenon. Blogs may reveal new writers, whose successes on the Web may be the insurance of a publishing success. For unknown writers like Caroline Allard and her Chroniques d’une mère indigne (2007), to be published in a book amount to a literary consecration. We will see that remediation in a book, involves changes in the blog’s text that make it worth its media status, while, in the same time, betraying the blog as the original media. We will study the book’s legitimating power when confronted to new media. Writer’s published blog will also come under scrutiny. In his blog L’autofictif, Éric Chevillard was at first looking for a brand new field of literary experiments. However, at the end, he seems to change his original goal and chose to eventually publish his texts in a book. The case of published blog will enable us to call into question the persistence of book as a literary model in cyberculture.

Karim Hammou (with/avec Fabien Accominotti)

CESPRA

Les collaborations artistiques comme tactique de survie dans l’économie de la visibilité médiatique

Collaborations as a strategy for visibility and status: the case of French rap music
cf.**

Kaoutar Harchi

Université de Poitiers

Les éditions du Seuil, agent de consécration des écrivains francophones colonisés
Quel rôle les éditions du Seuil ont joué dans le processus de consécration des écrivains francophones colonisés, entre 1950 et 1970 ? Afin de répondre à cette question, notre communication inscrite dans le cadre d’une sociologie de l’édition fondée sur l’analyse d’archives relatives à la littérature algérienne de langue française (coupures de presse, interviews, articles critiques) abordera d’abord l’histoire de la construction de l’identité éditoriale de la maison du Seuil.
Ensuite, nous verrons de quelles manières l’engagement anticolonial des éditions du Seuil a provoqué la création d’une collection singulière destinée à accueillir les écrivains issus des colonies françaises. Enfin, nous nous attacherons à démontrer, à travers l’étude du cas de l’écrivain algérien francophone Kateb Yacine, que la sacralisation du texte littéraire s’est faite au moyen de sa transformation par l’équipe éditoriale.
Ainsi, le rôle de d’agent consacrant des écrivains francophones occupé par les éditions du Seuil entre 1950 et 1970 s’avère être une valorisation des productions littéraires provoquant une légitimation de la maison d’édition elle-même.

What role did Les Editions du Seuil played in the consecration process of colonized french writers, between 1950 and 1970?
To answer that question, our presentation, based on a sociology of publishing built on the analysis of different archives relating to french algerian literature (newspaper clippings, interviews, critical articles), will first broach the history of the publishing company’s editorial identity.
Then, we will describe how the Editions du Seuil anticolonial commitment has led to the creation of a unique collection destined to accommodate the writers coming from french colonies. Finally, we will demonstrate, through a case study of the french algerian writer Kateb Yacine, that the sacredness of the writing is made through its transformation by the editorial team.
Thus, the consecration of french writers by Les Editions du Seuil between 1950 and 1970 turns out to be a valorization of literary productions directly helping the establishment of the publishing company itself.

Kristin Hoefener

Directrice artistique Ensemble Kantika, musicologue, Université Würzburg

« Être entendu » – De la canonisation populaire au disque d’or : Hildegarde de Bingen
A l’ère des célébrités jetables, en voici une qui a plus de neuf cents ans ! Si Hildegarde de Bingen (1098-1179) vient seulement en 2012 d’être officiellement canonisée par l’Église – cela ne veut pas dire qu’elle n’était pas reconnue de son temps. Ses contemporains témoignaient déjà de ses exceptionnels talents, qu’il s’agisse de l’écriture, des compositions musicales, de ses visions ou encore de ses mémorables prêches. Ce fait est d’autant plus remarquable que le Moyen Âge se focalise normalement sur l’œuvre et non sur l’auteur – du reste souvent anonyme. Hildegarde occupe à ce titre une place qui ne manque pas d’interpeller puisque l’intérêt porté à son œuvre se double d’une fascination pour sa personne. Pourrait-on dire que sa reconnaissance officielle aujourd’hui est liée à sa popularité de ces dernières décades ?
Nous possédons des documents témoignant de ses voyages de prêche, ses lettres et ses écrits, des documents la concernant, d’autres traitant de la diffusion de ses œuvres et notamment de ses compositions musicales – ces dernières se caractérisant par leur singularité sonore, leurs grandes extensions mélodiques et l’originalité de leurs textes. La communication sera accompagnée de courts exemples sonores, d’une part historique – enregistrés dans un but de réinterprétation authentique par un ensemble de musique ancienne – et d’autre part issu des cultures pop et new age.

I want to be heard! Hildegard of Bingen from local cult to Gold Album
Nine centuries of fame in an age when celebrities seem disposable! Although Hildegard (1098-1179) was only officially canonized in May 2012, her reputation grew already in the Middle Ages. Her contemporaries bore witness to her exceptional talents in writing and composing, and they relate of her visions and sermons, and this in an age where people were typically more focused on the work rather than on the author, who often remained anonymous. Yet here we have an example of fascination with both the work and the person. Could that be the reason for Hildegard’s increasing fame over the last decades?
Besides her theological, visionary and musical works we have numerous documents about her preaching during her travels, her letters and other texts which illustrate the spreading of Hildegard’s work. For the music we have mostly to rely on the manuscripts with compositions and some additional passages in her writings about music and performance. The paper will provide two short musical examples, an early-music-recording from the French Ensemble Organum and a New-Age version of one of her chants.

Pierig Humeau

Curapp, France

L’intérêt au désintéressement : De la scène alternative à l’espace punk « indépendant » français
L’intention générale de cette communication entend questionner les formes de reconnaissance et de consécration artistiques paradoxales dans un espace mobilisant le refus de se penser comme artiste singulier et, qui plus est, d’être reconnu comme tel. A partir d’un travail de thèse, il s’agira d’observer comment s’élaborent les épreuves qui jalonnent les voies de la consécration dans un espace politico-artistique. L’adhésion aux valeurs de désintéressement est au fondement des principes qui structurent cet espace. L’exemple du boycott de la remise du prix du « Bus d’acier » en 1988 par le groupe Béruriers Noirs, c’est-à-dire le refus d’être consacré par les instances de consécration « légitimes », permettra de questionner la manière dont cette position célèbre d’autant plus le groupe aux yeux des pairs tout en re-définissant ce qui est l’authenticité. On montrera alors comment se sont définies successivement les frontières symboliques de cet espace à partir des différentes formes de consécration artistique dans cette sorte de jeu « à qui perd gagne ».

The interest of disinterestedness : From the alternative scene to the French “independent” punk space.
The general intention of this presentation aims to question the paradoxical forms of artistic recognition and consecration in a space that mobilizes the denial of thinking oneself as a singular artist and, moreover, of being recognized as such. Based on a thesis work, we will observe the way in which are elaborated the different phases that mark out the ways of consecration in a political and artistic space. The adhesion to the values of disinterestedness consists the foundation of the principles that structure this space. The example of the boycott of the price “Bus d’acier” in 1988 by the Béruriers Noirs means the refusal of being awarded by the “legitimate” awarding authorities will permit to examine how this position promotes the band before the other punks, while it re-defines the meaning of authenticity. We will thus demonstrate how the symbolic frontiers of this space have been progressively defined, based on different forms of artistic consecration in this particular game of “turning one’s loss into a win”.

Serge Katz

Université d’Amiens, CURAPP, France

La consécration du comédien comme qualification du travail ? Quelques observations à partir des marges de l’emploi
Si le métier de comédien est uniformément marqué par l’intermittence et la pluriactivité, il ne s’ensuit pas qu’il soit caractérisé par une fluidité des trajectoires d’un secteur d’activité à l’autre et d’une position valorisée et légitime à celle peu reconnue qui côtoie l’amateurisme. La différenciation du marché du travail en plusieurs secteurs d’activité séparés et la hiérarchisation des emplois au sein de ces secteurs sont en effet deux caractéristiques qui émergent « en creux », dès lors que l’on enquête sur les marges du métier – soit que l’on s’intéresse aux processus de professionnalisation dans les écoles, soit que l’on enquête sur les trajectoires de désaffiliation professionnelle touchant les comédiens exclus du marché du travail. Ce constat incite dès lors à s’interroger sur les principes de ces classements : existe-t-il des relations entre la légitimité et la rémunération des emplois, les modalités concrètes du travail et les savoir-faire et qualités personnelles mobilisés par les individus employés – autrement dit, entre les différentes dimensions de la qualification ? La présente communication cherche d’une part à recenser les différentes ressources décisives dans chacun des secteurs d’activité répertoriés. Elle entend par ailleurs montrer que la régulation du marché du travail et la division des opérations qu’elle implique sont des facteurs fondamentaux pour comprendre la reconnaissance professionnelle des savoir-faire techniques ou leur minoration.

Actors consecration between professional hierarchisation, work content and skills recognition. Some observations from the employment frontiers perspective.
The actor labor market is uniformly defined by intermittent and multiple activities, but it does not follow that it is characterized by a flow of trajectories from a field of activities to another and from a valued and recognized position to one which is verging on amateurism.
This labor market is separated in different sectors, in which positions are hierarchized : these are two characteristics which appear by investigating its margins – professionalization process in acting schools and professional disaffiliation affecting actors excluded from the labor market. These observations suggest therefore to question the principles of these rankings: is there any relationship between legitimacy and remuneration of jobs, work contents and personal qualities mobilized by individuals employed? This paper seeks firstly to identify the various critical resources in each professional area listed. It also intends to show that the regulation of the labor market and the division of operations it involves are fundamental in order to understand the professional (non-)recognition of technical skills.

Yvon Lamy

Université de Liumoges, Gresco

La conversion patrimoniale des biens ordinaires :
Une consécration désacralisée

Considéré dans le temps long, le patrimoine en France s’est constitué comme une institution culturelle ancienne, à caractère régalien et légitimiste, dotée de ses lois, de ses dispositifs réglementaires et de ses pratiques spécifiques (sélection, inscription et classement, restauration esthétique, valorisation économique…). Sa création comme Service administratif et Inspection générale remonte à 1837 sous la Monarchie de Juillet et les deux premières lois relatives aux monuments historiques datent du 30 Mars 1887 et du 31 Décembre 1913. Vingt ans après la création du Ministère des Affaires culturelles (1959-1979), l’ensemble des phénomènes et des activités qu’il recouvre dans leur diversité a été regroupé sous une Direction unique, aux côtés des autres Directions administratives (voir Organigramme du ministère). A l’intérieur de cette Direction, le monument historique en représente toujours la référence normative principielle et, au-delà des débats soulevés par le récent Rapport Bady (2002) sur les transferts de tutelle vers les collectivités (en particulier le service de l’ « Inventaire général des richesses de la France » qui, créé en 1964, a été transféré aux Régions à partir de 2004), il reste toujours le modèle de classement par excellence, pour les autres biens patrimoniaux.
Mon objet dans cette communication est de montrer la part prise, après les lois de décentralisation, par les initiatives citoyennes et associatives, ou, complémentairement, le rôle joué par les politiques identitaires des collectivités locales, dans un double processus de consécration : « fabrication » de nouveaux objets liés au passé collectif et « émergence » de nouveaux produits culturels solidaires d’un territoire. Des réalités hétérogènes (en ancienneté, en valeur économique et artistique, en implantation, en renommée…), qui, jusqu’alors, n’avaient été ni regardées ni vécues comme relevant de l’histoire nationale et/ou locale, de l’histoire de l’art ou de la culture dominante, en viennent à revêtir dans la croyance collective, par transmutation et interprétation de leurs caractéristiques propres, les attributs mêmes d’un patrimoine culturel d’intérêt général.
C’est par exemple le cas du patrimoine dit « industriel ». Or, précisément, comment le patrimoine vient-il à l’industrie ? Ou encore comment la consécration de certains lieux industriels peut-elle agir sur la « désacralité » qu’ils représentent comme lieux de travail ? Consacrer, en effet, ces lieux comme des lieux séparés, c’est les interpréter et les qualifier comme détenant quelque chose de quasi-religieux. En leur conférant une certaine intemporalité, un tel processus les « sauve » de leur décadence ruineuse (dont fait partie l’oubli). Mais, pour cela, la condition première est de les couper de la sphère privée des intérêts individuels. Emerge alors une sorte de « culte communautaire » des Biens patrimoniaux (mise à distance respectueuse, conditions strictes d’inaliénation, explication scientifique par des spécialistes et des critiques, savoirs experts…) où la consécration rend possible l’entrée des biens désacralisés dans la rareté.

On a contemporary principle of public consecration :
Heritage conversion of ordinary property

Heritage is defined first through that which is produced (and enhanced) by the actors – government, architects, curators, politicians, activists – in charge of selecting, classifying, qualifying and conserving it. The concept assigned to it is like a constituent part that behaves in a self-referential way. Besides, it has a double aspect: on the one hand, as private family heritage, based on the transfer of personal property (movable and immovable) and private income from generation to generation, and on the other, as national heritage (regional or local), based on the preservation of witnesses (or traces) representative of a historic (or legendary) past or of an inherited aesthetic style. It is the second aspect that basically concerns us. However, the main challenge is to separate and isolate the public (and collective) aspect of heritage from its private (and estate) dimension.
Yet, generally, when property is concerned, it is as if the provisions of private law had applied to those of public law, leading to the fundamental equivocal order of a national heritage on the one hand, and a State heritage on the other. This ambiguity is all the stronger since the reference to the nation (its genesis and social characteristics) is expressly or tacitly present in all the protection and classification laws. So that the analogy between private and public law is still effective in terms of the choices involved in all heritage procedures: in both cases, indeed, the latter leads to the selection of the property that will have to be legally classified and protected, and administratively qualified and enhanced.
Certainly, the location of public property in space can be registered in extremely different ways and according to uneven cultural occurrences. It takes either the form of an isolate ¬ monument, “subject matter”, plant, emblem, picture…¬ or that of a whole (a historic center, an urban center, a historic site and/or landscape, a forest, a garden…). Similarly, some light can be thrown on its origin and religious purpose (cleric order for instance) or, conversely, it can be entirely part of the secular circle (private, economic, political). Noble or vernacular, known and famous, or conversely, unknown and obscure, local or national, the plasticity of heritage modalities seems unlimited. Now, the representative plurality and the diversity of origin of the assets join in as heritage of the French nation. In heritage, all, virtually, “makes” a nation, in the nation, potentially all “makes” heritage.
The construction of a protective system designed for classification and consecration. It involves six components :
1. The permanence of a State. Every protective system leans on a political will embodied in protection laws. Here territory “makes” the nation, the nation “makes” territory.
2. A legal regime which does not change the object “in itself” as a physical entity, but which changes “everything” regarding the connection (use, enjoyment, aesthetics, moral…) that we must keep with it.
3. The objective selection that justifies and identifies as heritage, through the protective systeme and the work of classification, cultural property of all kinds, of all nature and from all ages, (including the XX century, for example as in the case of buildings by Le Corbusier).
4. The creation by the government of an immutability order, of an order of continuance and of an order of the sacred that cross over the regimes, the centuries and survive generations.
5. The difference of the heritage knowledge with all the other skills striving to re-establish the past, like for instance archeology, history, art history, and the history of technical systems.
6. Finally, taking into account the principle of general interest in the context of private companies presupposes a co-relation between heritage ethos, social ethos and the economics of enterprise.
Heritage only becomes possible once usage is obsolete: when, for example, the castle is literally separated from the regime of its original functions. It is then regarded as a form of indice: it is selected (classified, restored, celebrated) because it means something important in the present for the conscience of a group and of a collectivity and for its relationship with the past. The question for the sociologist is then to find out why some communities attribute to certain objects, buildings, sites, symbols a strong indicial meaning, in preference to others. Why, for instance, favor the chivalrous, the industrial, the architectural, the military, the ethnographic, the legendary…? Everything indeed can be a source of local or national pride, and everything can be rooted in (or echoed by) national memory.
Three inquirys :
– On one heritage conversion and consecration of the Steelworks of Savignac-Lédrier (Périgord)
– On two heritage conversions and consecrations of the Gironde estuary :
 The citadel of Blaye. Examining “defensive” heritage
 The Bacalan district. Learning to look at “popular” heritage.
This is a form of semantic displacement, of course, but also marks the emergence of a public law for heritage based on formal recognition of its administrative usage and of the extension of its multiple social applications; this is a form of re-classification between juridical facts and cultural facts, of course, but also a way to ascribe protean values to a multiplicity of material and/or symbolic objects (if we adopt Aloïs Riegl’s vocabulary) connected with original intention – and therefore communication ¬, with mere ancientness deprived of any original intention, and with aesthetic style.
It is on this point that, transcending the strict typology of memorials established by this historian, the notion of heritage has become more general and more understandable: by inclusion, it has come to enhance (through ancientness and durability as transmission factors from generation to generation) all the social productions marked by time that are still extant. From this point of view, which guarantees their authenticity (and gives them an apologetic character), the notion includes disparate empirical contents. It can indifferently refer to the originality of a historical center in its urban fabric, or, to take a totally different example, a disused factory, left to its own ancientness (or ruin) or enhanced as national heritage. Similarly, it can also refer to a body of publicly controlled archives as well as to the most venerated work of art.

Marie-Amélie Lauzanne

EHESS, CESSP

Les stratégies d’accumulation du capital symbolique dans un espace « sans mémoire » – les transformations des modes de production et de valorisation des spectacles de théâtre au Masque et la Plume, de 1956 à 1982
Cette communication se propose de montrer en quoi la radio a une place spécifique dans l’ensemble des entreprises de valorisation publique des productions et producteurs artistiques. On a choisi d’étudier l’émission du Masque et la Plume, de sa création en 56 à la fin de 1982, qui met en scène les débats des critiques. On tentera de montrer comment les évaluations réfractent, dans l’ordre symbolique, les transformations qui adviennent dans le champ théâtral (et notamment le développement d’une offre de « théâtre national »), et plus généralement dans le champ intellectuel (permettant la constitution de nouvelles formes de « valeur théâtrale »).

Artistic consecration in theatre as an unremembering artistic field – a contribution to studies of changes in consecration field through Le Masque et la Plume (1956-82)
The aim of this communication is to analyse how, considering that radio contributes to produce another kind of artistic value than newspapers, it may be used in order to analyse the transformations that occur in an artistic field. Through the examination of a specific emission from its creation in 1956 to the end of 1982, Le Masque et la Plume, which puts on stage critics’ debates, we will try to show how the evaluations, on a symbolic level, are connected to those which occur in the theatre field (and the development and the valuation of a “public theatre” offer), and more generally in the intellectual field, which allows the constitution of a new kind of “theatrical value”.

Clara Lévy

Université de Lorraine, France

Reconnaissance communautariste et consécration littéraire chez les écrivains juifs contemporains de langue française
Notre proposition de communication partira des écrivains juifs contemporains de langue française afin d’explorer les multiples voies de construction de la réputation et de la notoriété dans le champ littéraire (éditeurs, collections, critiques littéraires de la presse généraliste et communautaire, système scolaire). Nous montrerons alors que l’on peut retenir quatre catégories d’auteurs – des plus aux moins fameux – entre lesquels il est possible de répartir la population des écrivains étudiés mais que ces catégories sont mouvantes entre l’espace littéraire généraliste et l’espace littéraire particulariste, relativement autonome, pris en compte par les critiques communautaristes juifs.

Communitarian Recognition and Literary Consecration Among Contemporary Jewish Writers Using French Language
Our communication will focus on contemporary Jewish writers using French language to explore, on the base of this particular corpus, multiple channels to build a reputation and fame in the literary field (publishers, collections, literary criticism, school). We will then show that we can distinguish four categories of authors – from the most famous to the least of them- between which it is possible to divide the population of studied writers but that these categories are fluid between the general literary space and the particularistic one that is considered by critics belonging to the communitarian Jewish group.

Mariaa Linko

University of Helsinki, Finlande

Expert ou célébrité ? Les essayistes et leur promotion dans la presse et sur internet.
La publicité fournie par les médias peut être vitale au succès de toutes les productions artistiques, y compris les « essais » et leurs auteurs. D’importants changements dans les médias ont affecté les manières dont les auteurs d’œuvres non-fictionnelles sont représentés dans les médias. Les chercheurs ont affirmé que le paradigme esthétique de la rubrique culture des journaux avait disparu au profit du paradigme journalistique qui, entre autres choses, met l’accent sur les actualités plutôt que la critique d’œuvres artistiques. De plus, Internet a profondément modifié le monde éditorial tout autant que la promotion médiatique de la littérature.
Dans ce contexte, cet article examine la promotion médiatique des œuvres non-fictionnelles, et plus particulièrement ses auteurs. Comment le non-fictionnel est-il présenté dans les médias ? Quels sous-domaines du non-fictionnels remportent les suffrages médiatiques? Les données de cette recherche sont composées des publicités pour œuvres de non-fiction recueillies dans les trois plus importants journaux finnois, deux tabloïds et trois magazines. La visibilité des œuvres non-fictionnelles sur Internet est quant à elle interrogée à lumière des plus importants sites web consacrés à la littérature.
Neuf types de présentations (cadres) ont été trouvées : les auteurs d’œuvres non-fictionnelles sont représentés dans les journaux et magazines comme experts, interprètes, révélateurs, professionnels, politiciens, philosophes, amateurs d’art, journaliste ou thérapeute ; le rôle d’expert étant celui le plus souvent endossé par l’auteur d’œuvres fictionnelles.
Le dixième type de cadre est celui de la célébrité. Il est cependant possible de le superposer à un autre. Les médias sont friand de nouvelle voire de scandale impliquant un ouvrage ou un auteur. Le scandale vend, et les éditeurs en sont eux aussi conscients. Les scandales les plus à même de susciter des ventes concernent la vie privée des auteurs ou celle des sujets des ouvrages. Les auteurs d’ouvrages non-fictionnels ne peuvent eux-mêmes rester totalement en-dehors de cette culture de la thérapie dans laquelle les confessions publiques et les disputes sont plus intéressants que des résultats d’une recherche sur un travail artistique exceptionnel. Deux professeurs d’histoire s’opposent sur le détail d’un évènement historique et c’est une jeune auteure récompensée, aux opinions colorées sur les hommes finnois, qui remporte la bataille de l’espace médiatique. Sans parler des biographes et de leurs sujets qui ne manquent pas de rapporter le moindre scandale. Pourtant, demeure un espace dans les médias pour les auteurs d’œuvres non-fictionnelles en tant qu’experts interviewés ou cités. Le question est, est-ce que le public et lectorat remarque que ces experts sont aussi des auteurs ?

AN EXPERT OR A CELEBRITY? NON-FICTION WRITERS AND THEIR PUBLICITY IN THE PRESS AND IN THE INTERNET
The media publicity in any field of art can be vital for its success. This is also the case on non-fiction books and their writers. The huge changes in media have affected also the ways in which non-fiction writers are represented in media. Media researchers have claimed that the aesthetic paradigm in culture sections of newspapers has been removed by the journalistic paradigm which among other things has lead to an emphasis of news instead of reviews of artistic works. In addition, the Internet has brought an enormous change which affects the whole book world and, also the media publicity of literature.
In these circumstances, the paper examines the media publicity of non-fiction and especially the writers of non-fiction. How are non-fiction writers being framed in media? Which sub-fields of non-fiction are the winners in the competition of media space? The research data consists of media publicity of non-fiction in three largest Finnish newspapers, two tabloids and three magazines. The visibility of non-fiction in the Internet is discussed in the light of the most important websites on which literature is present.
Nine different frames that the non-fiction writers are represented in newspapers and magazines were discerned: non-fiction writers were framed as experts, interpreters, truth-tellers, professionals, politicians, philosophers, art enthusiasts, reporters or therapists. The role of an expert is the most typical frame of a non-fiction writer.
The tenth frame is that of a celebrity. This frame, however, is a surplus frame which can be added to other frames. The media is interested, if a piece of news or even a scandal around a book or a writer can be reported. Scandals sell, and publishers are aware of this too. Best selling scandals deal with the private lives of writers or the people they write about. Not even non-fiction writers can remain completely outside the wide-spread therapy culture in which public confessions and disagreements with other people are more interesting than research results of artistic work of exceptional quality. Two history professors disagreeing strongly about details of war history or a young, award-winning female writer with strong opinions about Finnish men win in the competition of media space. Not to mention biographers and their subjects if there is a scandal to be reported. Still, there is also a notable space for non-fiction writers as experts interviewed or referred to in media. The question remains, does the reading public notice, that these experts are or also authors?

Wenceslas Lizé

Université de Poitiers, GRESCO, France

Intermédiaires, notoriété et reconnaissance dans le secteur musical
A la figure historique de l’impresario ont succédé aujourd’hui l’agent, le tourneur et le manager d’artiste de « musiques actuelles ». Ces intermédiaires méconnus mais de plus en plus nombreux interviennent dans l’appariement de l’offre et de la demande de travail artistique comme dans la conversion des valeurs artistiques et économiques. Se désignant volontiers comme « développeurs d’artistes », dénoncés par certains comme parasites, perçus par d’autres comme « faiseurs de stars », quel rôle jouent réellement ces intermédiaires dans le processus d’accumulation du capital symbolique des artistes ? Après avoir brièvement présenté leur champ d’activité, on s’appuiera sur une série de données quantitatives pour interroger la relation entre leur action et le degré de notoriété des artistes. Ce lien établi, des données plus qualitatives seront mobilisées pour montrer comment ces intermédiaires agissent en faveur de l’accès des artistes à la reconnaissance et au succès. Intériorisant les nouvelles rationalités marchandes, les intermédiaires ont tendance à développer des stratégies qui s’inscrivent dans la montée des logiques économiques au sein du secteur musical.

Intermediaries, fame level and recognition of the artists in the musical field
To the historic figure of the impresario succeeded the agent, the tour manager and the personal manager of the artist in the so called « current musics ». These underestimated but more and more numerous intermediaries intervene in the matching of the offer and the artistic working demand as much as in the conversion of the artistic and economic values. They qualify themselves as “artists’ developers”, are denounced by some as “parasites”, or are perceived by others as “star makers”… Which role do these intermediaries actually play in the artists’ symbolic capital process of accumulation? Having presented briefly their field of activity, we shall lean on a series of quantitative data to question the relation between their action and the fame level of the artists. This link established, qualitative data will be mobilized to show how these intermediaries act in order to favour the artists’ access to recognition and success. Internalising the new trade rationalities, intermediaries tend to develop strategies pertaining to the rise of economic logics in the musical field.

Audrey Mariette

Université Paris 8 Saint-Denis, équipe CSU du CRESPPA, France

Le paradoxe du « cinéma social ». D’un non-genre cinématographique à la reconnaissance de certains de ses « auteurs » (France, années 1990-2000)
Dans les années 1990-2000, différents acteurs de la médiation et de la réception ont regroupé sous le label de « cinéma social » des films français mettant en scène des personnages membres des classes populaires dans une esthétique souvent réaliste. Cette catégorie est globalement péjorative au sein de l’espace cinématographique, au pôle le plus autonome comme au pôle le plus commercial. Pourtant, une partie de ces films et de leur réalisateur ont bénéficié de formes de reconnaissance, artistique et/ou hétéronome. Pour comprendre ce décalage entre un label qui ne constitue pas un genre cinématographique reconnu et institutionnalisé et les cas de reconnaissance de films et de réalisateurs qui y participent, nous prendrons en compte, d’une part, le contexte cinématographique mais aussi politique et social des années 1990-2000 qui a favorisé le développement de ce type de films et, d’autre part, les trajectoires et carrières des réalisateurs pour lesquels le « cinéma social » fonctionne à la fois comme une ressource et une contrainte.

The paradoxical case of « social films ». From a “non-genre” to the recognition of some of its filmmakers (France, 1990s-2000s)
In the 1990s-2000s, various actors of the mediation and reception have brought together films dealing with the working class under the label “social films”. This label is overall pejorative in the cinematographic field (in its autonomous as well as in its commercial pole). Yet some movies and filmmakers belonging to the “social cinema” have received some forms of recognition (whether it be artistic and/or heteronomous recognition). In order to understand the paradox between the “non-genre” of “social films” and this relative recognition, we will first consider the cinematographic context but also the social and political context that has witnessed an increasing number of “social films”. Then, we will study the trajectories and professional careers of the filmmakers who have made one or several films dealing with social issues. For them, “social cinema” works as a resource as well as a constraint.

Katarzyna Matul

Les premiers prix de la Biennale internationale de l’Affiche de Varsovie. Analyse des critères d’élection et d’exclusion.

Winners of the International Poster Biennial in Warsaw: selection and exclusion criteria analysis

Gérard Mauger

Directeur de recherche émérite CNRS, CESSP – CNRS, France

La consécration littéraire par le lectorat
On se propose de revenir, dans le cas du champ littéraire, sur les fondements de l’homologie entre l’espace des producteurs et l’espace des cosommateurs. S’il est vrai qu’une œuvre « trouve son public » sans être le produit d’une recherche consciente d’ajustement à « l’horizon d’attente » du lectorat supposé (mis à part, peut-être, le cas de la production dite « commerciale »), on peut néanmoins se demander comment des publics socialement diversifiés s’ajustent à des produits stylistiquement diversifiés. Supposant qu’aux pratiques de lecture correspondent quatre types d’usages – lecture de divertissement, lecture didactique, lecture de salut et lecture esthète – associés ou séparés, recherchés par tel ou tel public, on s’intéressera aux conditions de félicité de la lecture ordinaire (associée à l’évasion, à la connaissance, à l’éthique), mettant ainsi en évidence les propriétés génériques des œuvres qui s’y prêtent et, a contrario, les propriétés distinctives des œuvres réservées à la lecture lettrée (esthète).

Literary consecration through the prism of readers
We will dwell on the foundations of the homology between the space of producers and the space of consumers in the case of literature. If works find their readership without such encounter being the result of explicit strategies of adjustment to the expectations of an imagined readership (except perhaps in the case of ‘commercial’ products), on the other hand, one may wonder how socially diverse audiences adjust to stylistically diverse products. On the basis of our typology of reading in four types of uses (entertainment, learning, salvation, aesthetic pleasure), we will probe into the felicity’s conditions of ordinary reading, associated to escape, knowledge or ethics, and thus highlight the generic properties of the works mostsuited to such types of reading, while underlining in contrast the generic properties of works open to the aesthetic gaze and scholarly reading.

Jean-Matthieu Méon

Université de Lorraine, Metz, France

La bande dessinée et ses artistes : Ambivalences de la reconnaissance par l’exposition
Depuis le milieu des années 2000, les expositions de bande dessinée connaissent une nouvelle actualité en France. Notre communication souligne les implications ambivalentes de ce dispositif de consécration qu’est l’exposition pour une forme d’expression comme la bande dessinée. Tout d’abord, les dispositifs expositionnels retenus par les institutions organisatrices minimisent la narration et proposent une valorisation avant tout plastique, et donc non spécifique, de la bande dessinée. Ensuite, les expositions, notamment monographiques, sont conçues de manière à souligner la polyvalence de la compétence artistique des artistes exposés. C’est l’artiste de bande dessinée qui est ainsi reconnu plus que la bande dessinée. La transposition d’un dispositif classique et légitimiste de valorisation à une forme qui s’est développée en dehors de cette légitimité, ne produit donc qu’une forme de réhabilitation paradoxale qui, loin de modifier la hiérarchie légitime, en réaffirme les principes et les rangs. Les expositions de bande dessinée offrent ainsi un terrain privilégié pour observer logiques et mécanismes pratiques de consécration et éclairer notamment les stratégies privées ou publiques de réhabilitation et leurs limites.

Comic books and their artists: The ambivalent recognition of the exhibition
Since the mid-2000’s, comic book exhibitions have come (back) into vogue in France. Our presentation underlines the ambivalent implications of this form of consecration for comic books. First, the exhibition choices made by the organizing institutions tend to minimize narration and offer thus mainly a graphic –and unspecific– valorisation of comics. Second, exhibitions, especially when they’re monographic, are meant to stress the versatility of the artists. It’s the artist more than the art form that is consecrated. The use of a classical and legitimist mode of valorisation for an art form which grew outside the legitimate tradition results in a paradoxical rehabilitation, which confirms rather than modifies the legitimate hierarchy. Comic book exhibitions are a good case study to observe consecration rationales and practices and shed light on the public and private strategies for rehabilitation as well as on their limits.

Muriel Mille

EHESS, France

Hors-champ? Le rapport à la carrière des auteurs d’un feuilleton télévisé
Cette communication prend pour objet les trajectoires professionnelles de scénaristes de télévision qui sont engagés sur un feuilleton quotidien à grand succès, sur la place que prend dans les carrières de ces auteurs la collaboration à l’écriture d’un bien culturel peu légitime, et donc à mauvaise réputation artistique, mais rencontrant un succès commercial. Il s’agit d’analyser la variété des trajectoires et des rapports à la consécration artistique de ces scénaristes qui travaillent dans le cadre particulièrement contraint d’un feuilleton télévisé. Le travail pour la télévision, et pour le feuilleton est un choix par défaut, qui ne relève pas de la vocation, et ne correspond pas à leurs ambitions initiales. Cela ne constitue pas forcément cependant le signe de leur relégation, et peut se conjuguer avec des formes de consécration artistique. En entrant dans les détails ici de ce rapport à l’illégitimité de leur travail, l’objet est aussi de penser la position d’individus à la croisée de plusieurs espaces de reconnaissance.

Bad reputation and artistic fame. The professional and personal trajectories of French television screenwriters
This paper deals with the professional careers of the screenwriters of a French daily soap opera. These screenwriters have often university degrees, and their original ambition was to work in the film industry or in the theater. The choice made by these authors of working for a lowbrow cultural product can be explained by the economic uncertainty and instability of the cultural production fields. The analysis of their careers questions the conception that working for a television series would be the sign of their exclusion from the artistic fields. Studying the outsiders of these fields allows us to see from another perspective the question of the difficult access to artistic life: some writers are simultaneously writing scripts for movies and for television; while for others, being a television screenwriter for a successful soap is a way of realizing their ambitions as authors.

Delphine Naudier

CSU-CRESPPA-CNRS, Paris 8, France

Le juste prix des artistes : un enjeu d’agents.
Cette communication aura pour objet l’activité d’agent artistique dans le cinéma. Les agents sont des intermédiaires entre les artistes et les producteurs/ employeurs. Leur travail consiste en le fait de trouver des emplois aux acteurs, réalisateurs et scénaristes dans l’industrie du cinéma. Ils défendent et promeuvent les intérêts de leurs clients. A ce titre, ils ont pour mandat de négocier le prix de leurs artistes sur ce marché du travail où tout se négocie de gré à gré. Leur objectif principal consiste à augmenter la valeur marchande de leurs clients pour chaque placement. Dans cette communication, nous verrons quelles sont leurs pratiques pour produire la valeur de leurs artistes et quels types de stratégies ils mettent en œuvre pour convertir la valeur artistique et symbolique en valeur économique sur ce marché du travail.

A right price for the artists: an agent’s business.
This communication will focus on the business of talent agents, considered as intermediaries between artists and producers/employers. Their work is to find jobs for actors, film directors in the movie industry. They defend and promote their clients’ interest, and that is the reason why they have to negociate the price of their artists. Their main purpose is therefore to contribute to increase the business value of their clients for each matching on the artistic labor market. In this communication we will study these agents’ strategies to build their clients’ value and to convert artistic and symbolic values into economic value on this market

Cécile Noesser

Paris III, France

Le cinéma d’animation malgré lui : reconnaissance et renouvellement
Le cinéma d’animation français a connu une trajectoire pour le moins longue et sinueuse avant d’atteindre la reconnaissance tardive qu’on lui connaît aujourd’hui, symbolisée par le Kirikou et la sorcière de Michel Ocelot en 1998. Il est courant de porter ces succès au crédit d’une politique publique ambitieuse et volontariste, mise en place par le Ministère Lang en 1983 : le plan « image par image ». Nous chercherons à déterminer ses effets formels sur la production. Un rapide examen des nouvelles « règles du jeu » permet de diagnostiquer une déconnexion entre les orientations de l’action publique et les valeurs internes au champ. L’examen biographique d’une trajectoire hautement emblématique, celle de Michel Ocelot, permettra d’observer comment réagit le petit monde de l’animation à cette mutation brutale du paysage. En termes de carrière, d’évolution stylistique et de positionnement par rapport à la profession et au public, il incarne la transition du cinéma d’animation français, dont nous tracerons les nouveaux contours.

Animation Movies in Spite of It: Recognition and Renewal
French animation movies have followed a long and sinuous path before reaching a late recognition, symbolized by Michel Ocelot’s 1998 masterwork: Kirikou and the sorceress. Most people assume that these successes are the consequence of a voluntarist and ambitious public policy initiated by culture minister Jack Lang in 1983 (“plan image par image”). We will try to determine the formal effects of this policy on French animation movies. Our thesis is that there is a disjunction (contradiction?) between the ”new rules” put forward by political institutions and the specific values of the field. Through the biographic analysis of Michel Ocelot’s highly emblematic carreer, we will analyze how the small world of animation has reacted to the sudden transformation of its environment. Michel Ocelot’s carreer indeed embodies the mutations of the French animation industry, in terms of style and in terms of its relation to the professionals and to the public. We will try to highlight the key features of this evolution.

Luca Pareschi

Università di Bologna, Italia

La sélection des manuscrit par l’éditeur : les intermédiaires du champ littéraire italien
Notre but est d’étudier le processus qui cionduit des auteurs non-publiés à faire paraître leur premier roman et ainsi entrer dans le champ littéraire italien. Le regard se concentre sur la production fictionnelle. Deux types d’intermédiaires se révèlent nécessaires dans ce processus : ils peuvent ne pas être employés par un éditeur, mais sont néanmoins reconnus par les agents du champ. Ils servent de pont entre l’intérieur et l’extérieur. Tout d’abord, un nombre important d’agents proposent de façon ponctuelle des manuscrits aux éditeurs. Ensuite, vient uen chaînes d’intermédiaires moins nombreux dont le rôle est important et spécifique. L’on peut analyser leur activité, et déterminer pourquoi etd ans quelle mesure ils contribuent à la sélection des manuscrits. Nous utilisons et testons quatre éléments de l’intermédiation : l’intermédiaire culturel, le gardien du temple, l’informateur et enfin l’intermédiaire qui, s’il ne prend pas directement de décision quant à la production où la consommation, influence pourtant les choix des autres acteurs. Ces intermédiaires permettent, au-delà des plans d’un éditeurs, que s’accomplisse le processus de publication d’un livre.

Publishers’ selection of manuscripts: intermediaries in Italian literary field
Our aim is to research the process that permits to unpublished authors to get their first novel published and enter Italian literary field. We focus on production of fiction. Two kinds of intermediaries are vital for the process: they may or may not be publishers’ personnel, but are trusted by field’s agents. They act as a bridge between the inner and the outer. First we have a wide number of agents that suggest manuscripts to publishers on a occasional basis. Then we have few very important serial intermediaries, which role is more peculiar and important. We analyze what they do, why, and how it contributes to unpublished manuscripts selection. We use and challenge four constructs about intermediation: cultural intermediary, gate-keeper, knowledge-broker and the one of an intermediary that does not personally take decisions about production or consumption, but influences other actor’s choices. These intermediaries enable book publishing process beyond publisher’s planning.

Adrien Pégourdie

GRESCO, Université de Limoges, France

Les formes de reconnaissances artistiques au regard des inégalités instrumentales en musique classique
Tous les travaux sociologiques attestent d’une division sociale du travail instrumental. Celle-ci se double d’inégalités instrumentales sur le marché du travail. Globalement plus un instrument se caractérise par l’origine supérieure de ses interprètes, plus ses potentialités d’emploi sont importantes tant en volume, qu’en diversité. Cette situation contribue à rendre disparates les formes d’accès à la reconnaissance artistique. Nous montrerons cela en prenant l’exemple de trois trajectoires de musiciens à peu près équivalents quant à leurs parcours de formation. L’un, violoncelliste, membre d’un ensemble baroque, emprunte la voie « traditionnelle », l’autre, saxophoniste, professeur dans un CRR de province, trouve son salut dans une activité de musique de chambre, la dernière, harpiste, professeur dans le même CRR, se voit consacrée par son activité pédagogique.

The forms of artistic recognitions in view of the instrumental disparities in classical music.
All the sociological works give evidence of a social division in the instrumental labour. This one is coupled with instrumental disparities on the labor market. Globally the more an instrument is characterized by the superior origin of his interpreters, the more its potentialities of employment are important both in volume and in diversity. This situation contributes to make ill-assorted the forms of access to the artistic recognition. We shall demonstrate it by taking the example of three musicians’ trajectories in the relatively equivalent training. The first, a cellist, member of a baroque group, borrows the « traditional » way, the second, a saxophonist, professor in a provincial CRR, finds his salvation in an activity of chamber music, the last one, professor in the same CRR, is dedicated by her educational activity.

Nuria Peist-Rojzman

Universidad de Barcelona, Espagne

Les artistes plasticiens, les médiateurs culturels et le succès commercial. Des cas historiques pour analyser un conflit.
Cet article met en question que dans le domaine des arts plastiques il y a une division entre la consécration artistique appelée commercial et la légitimité culturel nominée culte. Parmi les événements culturels qui ont eu lieu tout au long du XXe siècle, il y a une différence entre les arts du spectacle, la littérature et les arts plastiques. Le domaine des arts spécifiquement visuel a, entre autres fonctions, la particularité d’appartenir à la sphère de la haute culture et de se résister à la diversification dans des niches de consommations différentes. Par l’analyse des artistes en arts plastiques qui ont acquis de gloire tout au long du XXe siècle, on démontrera comment la vitesse de l’accès au succès ne veut pas dire que les artistes entrent dans le monde de la diffusion appelée commerciale. La célébrité instantanée n’a causé pas un changement dans la typologie de public ni dans la valeur associée à l’œuvre artistique.

Plastic artists, cultural mediators and commercial success. Historical cases for the analysis of a conflict.
The following lecture explores on the division between commercial artistic consecration and highbrow cultural legitimation. Within cultural manifestations developed throughout the XXth century, there exists a notable difference between performing arts, literature and plastic arts. The specifically plastic field possesses, amongst other traits, the particularity of belonging to the field of high culture and resisting diversification in other consumer niches. With the analysis of plastic artists that accessed fame throughout the XXth century as starting point, it will be demonstrated how expeditious success did not in fact imply that these artists entered the world of so called commercial diffusion. Immediate fame did not bring along a significant change in audience typology nor in the typology of value associated to the artistic object.

Marc Perrenoud

Université de Lausanne, Suisse

Réussite locale ou cosmopolite : opposition de deux modes mineurs de consécration des musiciens
Cette communication montrera que les musiciens ordinaires ont accès à des formes de reconnaissance et de consécration diverses mais toujours partielles et peu compatibles entre elles. On évoquera, dans les pas d’Axel Honneth, la « reconnaissance » initiale d’une identité professionnelle par le fait de pouvoir dire et penser que l’on est musicien parce que l’on gagne sa vie ainsi et que cette identité est réaffirmée et sédimentée au fil des prestations en public. On verra ensuite combien les évolutions de la carrière vers un type plutôt « local » ou « cosmopolite » s’accompagnent de formes de reconnaissance, de marqueurs de la réussite différents, voire opposés. Dans les deux cas la « consécration » n’est que très partielle et on se situe toujours dans les zones subalternes du champ, mais on montrera que la « vérité subjective » (Bourdieu) du travail de ces musicos doit être prise au sérieux.

Local or cosmopolitan success : contrast between two incomplete forms of consecration for ordinary musicians
This paper will show that ordinary musicians can reach different types of recognition and consecration, but that those models are always incomplete and often conflicting. We will deal with the initial recognition of an occupational identity, when one can think and say he’s a musician because he earns a living by playing music. This identity is reaffirmed and sedimented over the public performances. Then we will show how the evolutions of a career towards a ”local” or a ”cosmopolitan” type implies opposed markers of success. In each case consercration is only incomplete and appears in the subaltern zones of the field but we’ll see that ”subjective truth” (Bourdieu) of work of those musicos should be taken seriously.

Susan Pickford

Université Paris 13, France

La consécration (im)possible ? Les binômes de traducteurs
Depuis le 19e siècle la tendance sourcière en traduction signifie que la qualité d’une traduction se mesure surtout à l’invisibilité du traducteur dans le processus de création. Comment le traducteur peut-il alors accéder à la consécration? Cette communication vise à mettre en lumière la relation paradoxale entre traduction et consécration en se penchant sur le travail en équipe en traduction, pratique relativement courante quoique peu avouée, en soulignant l’inégalité de l’accès à la consécration selon que le traducteur met en oeuvre son capital littéraire ou linguistique (compétence en langue étrangère). Le cas d’une traduction lithuanien-anglais illustrera comment l’accès à la consécration ne s’offre qu’à l’individu porteur de capital littéraire, l’individu porteur de capital linguistique étant marginalisé. Ce clivage suit le modèle casanovien des langues littéraires centrales / périphériques et reflète le capital social dont dispose chacun des traducteurs du binôme.

(Im)possible consecration? Teamwork in translation
Since the nineteenth century, the preference for domesticating translation practice has meant that a good translation is one where the translator’s work is invisible. How, then, can translators achieve consecration? The paper explores the paradoxical relationship between translation and consecration through the little-acknowledged phenomenon of translation duos, arguing that consecration is more readily available to some aspects of the translation process than others. The labour is typically divided in such duos between individuals with literary and (foreign) language capital. I draw on a case study of Lithuanian-to-English translation to show how consecration is only available to the individual endowed with literary capital, while the contribution of the member with language capital is marginalised. I conclude that this pattern follows the divide between central and peripheral literary languages (Casanova) and the degree of social capital available to each member of the duo.

Aurélie Pinto

CURAPP, Université Paris 13, France

Le classement Art et Essai des salles de cinéma: un label de consécration artistique à géométrie variable
Le classement Art et Essai représente le marqueur principal de la consécration symbolique des salles de cinéma. S’il donne lieu à différentes contreparties financières (aides directes et indirectes), il est l’indice retenu à la fois par les pouvoirs publics (notamment dans les nombreuses statistiques publiées par le CNC), les professionnels et les profanes pour caractériser les lieux de programmation les plus « culturels ». Ses effets sont en outre d’autant plus puissants qu’il est le produit d’une procédure de marquage par l’autorité publique. Or, l’étude sur le temps long du label ainsi que celle de son inscription actuelle sur le territoire permettent de mettre en évidence l’adaptation de cet indice de reconnaissance aux évolutions du champ de l’exploitation et aux différents contextes locaux.

The « Art & Essai » classification of movie theatres: a multi-faceted label of artistic recognition
The “Art & Essai” (“Art House”) ranking represents the major measure of movie theaters’ symbolic consecration. While it generates several types of fundings (both direct and indirect), it is also the key indicator followed by national authorities (most notably through the numerous statistics published by the French “Centre National de la Cinématographie”), industry professionals and unitiateds alike to identify the most “cultural” movie programs. The importance of its impacts is emphasized by the fact that it is the result of a quantification policy by national authorities. And studies of the label over the entire period have revealed this indicators’ adaptability to evolutions in the film exhibition industry as well as various local contexts.

Marie-Pierre Pouly

Université de Limoges, France

Jouer sur les deux tableaux. Reconnaissance et valeur littéraire d’un roman bestseller littéraire.
Au travers de l’étude monographique de la production et de la réception d’un bestseller littéraire britannique (White Teeth, de Zadie Smith), il est possible de documenter certains aspects des recompositions des logiques de reconnaissance et de consécration. Ce bien culturel apparemment antithétique réunit la logique de la consécration à long terme sur des critères littéraires autonomes et la rentabilité à court terme d’un produit lancé comme un bien économique. Nous soulignerons, d’abord, les conditions et les mécanismes par lesquels il est possible de jouer sur les deux tableaux : plaire largement tout en obtenant des gages de reconnaissance littéraire. Une étude plus détaillée des catégories de perception de deux agents de la consécration du roman (un éditeur et une universitaire) permettra de souligner certains des mécanismes qui sous-tendent le pari fait sur l’écrivain. Nous soulignerons enfin certains indices de l’ambivalence de la reconnaissance accordée au « bestseller littéraire » à partir d’une enquête exploratoire sur la réception du roman par des lecteurs « profanes ».

Playing both sides of the field. Recognition and literary value of a literary bestseller.
Some aspects of the contemporary transformations of literary consecration logics will be documented through the case study of the production and reception of a British literary bestseller (Zadie Smith’s White Teeth). This two-sided cultural good aims both at long-term consecration on the basis of autonomous literary criteria and at short-term commercial success with the help of substantial marketing strategies. We will first underline the mechanisms which make it possible to have it both ways – reaching a large public on publication while gaining signs of literary recognition. A more detailed study of the categories of perception of an editor and a scholar who took part in the process of consecration will highlight some aspects of the necessary conditions to bet on a ‘promising’ novelist. We will conclude with a few remarks on the ambivalent value inherent in literary bestsellers on the basis of a study of the reception of the novel by ordinary readers.

François Provenzano (with/avec Jamil Dakhlia et Emilie Roche)

(cf. Dakhlia)

Alain Quemin

Université Paris VIII, France

Les Stars de l’art contemporain. De la notoriété à la consécration dans les arts visuels

The Stars of Contemporary Art. Fame and Consecration in the Visual Arts.

Cécile Rabot

Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France

LE TRAVAIL DE SÉLECTION DES COMITÉS DE BIBLIOTHÉCAIRES : EFFETS DE DISPOSITIONS ET D’ORGANISATION.
Par leur travail d’analyse de la production éditoriale et de sélection, les bibliothécaires participent à déterminer ce qui est visible ou non dans les bibliothèques et constituent à ce titre des acteurs du processus de reconnaissance. Dans les bibliothèques de la Ville de Paris, ce travail est notamment pris en charge au niveau du réseau par des comités de bibliothécaires volontaires organisés en centres d’intérêts. L’analyse des comités chargés de la littérature permet d’identifier un ensemble de tensions entre des principes concurrents qui structurent l’ethos professionnel des bibliothécaires. Elle fait surtout apparaître le rôle décisif de l’organisation du travail, qui, en définissant les conditions du travail d’analyse, les modalités de sa présentation et le processus de décision, détermine les résultats de la sélection. L’angle de la sociologie du travail permet ainsi de mettre au jour le rôle conjoint des dispositions et des dispositifs dans la production de la valeur.

HOW LIBRARIANS COMMITTEES CHOOSE BOOKS : THE IMPACT OF HABITUS AND ORGANIZATION
Through the way they analyze new books and select them, librarians contribute to determine what the users find or not in libraries : by doing so, they participate in the legitimisation procedure. In Paris’ network of libraries, this work is done by volunteers librarians, who are organized in groups according to their fields of expertise. The study of the committees that are involved in literary selections points out contradictory principles that structure the professional ethos of librarians. Furthermore, it shows how crucial is the work organisation in determining the conditions of the analysis and the procedure of presentation and vote, and thus, the results of the selection. The adopted perspective of sociology of labor not only points out the impact of habitus, but also the role of devices in producing cultural values.

Hyacinthe Ravet

Université Paris-Sorbonne, Observatoire Musical Français

Equilbey : un chef. Quelles stratégies de reconnaissance en tant que musicienne ?
Les professions musicales sont structurées par une division sexuelle forte des attributs et des métiers. Les femmes cheffes d’orchestre restent peu nombreuses. Quelles manières de faire – sexuées ? – importent-elles dans les modalités d’exercice de l’autorité, de la gestion sociale et esthétique d’un ensemble de musiciens et leurs choix esthétiques ? Quelles stratégies de reconnaissance mettent-elles en œuvre ? A partir d’une recherche en cours, j’analyserai tout particulièrement le cas de l’un des chef-fe-s françai-e-s : Laurence Equilbey. Comment compose-t-elle avec ce statut d’exception de femme dans un monde quasiment peuplé uniquement d’hommes (en particulier parmi les chefs internationaux) ? Quel type d’ensemble dirige-t-elle et quels types de répertoire choisit-elle ? Transgresse-t-elle certains « interdits » encore apposés aux femmes dans ce milieu ? Il s’agira ainsi d’étudier les processus à l’œuvre dans la reconnaissance – et peut-être la consécration – d’une musicienne qui se fait de plus en plus entendre…

Equilbey: a conductor. Which recognition strategies as a female musician?
Performing-arts professions, especially musical ones, are marked by a strong gender division in occupations and attributes. Female orchestra conductors remain very few. How do they work and construct their identity as women in a “masculine” world? Which authority and styles of conducting do they practise? Which kinds of musical ensembles do they conduct and which repertoires do they choose? Which recognition strategies as female musicians do they engage in? Do they transgress several “proscriptions” still attached to women in this sector? From a field work in process (historical data, observations of rehearsals and concerts, comprehensive interviews), I will study the case of Laurence Equilbey, a French female conductor who is getting famous and has just created her own orchestra.

Fanny Renard

Université de Poitiers, Gresco, France.

Principes de sélection professorale des textes en seconde : des œuvres reconnues et qui peuvent faire l’objet d’étude
La classicisation constitue la phase ultime du processus de consécration des œuvres littéraires (Viala, 1992) et s’observe notamment dans les Instructions officielles et programmes de l’enseignement des lettres au lycée. Par l’effet des prescriptions scolaires, cette classicisation assure à certaines œuvres, déjà consacrées (par des académies, des histoires littéraires, des prix), une longévité (Bourdieu, 1992), ainsi que la diffusion de critères de classement et de hiérarchisation des textes littéraires. Pour ce faire, cette classicisation doit passer le filtre de la sélection professorale des œuvres données à lire et à étudier en classe. Nous nous y sommes arrêté à l’occasion de notre recherche de thèse sur la construction des habitudes de lecture de lycéens (Renard, 2011). Nous montrons que les textes sont retenus au principe de leurs qualités littéraires reconnues et de leur étudiabilité ; et que l’enseignement voulu méthodique de la littérature reste ponctuellement et subrepticement une formation du goût.

Teachers criterion in selecting suitable literary texts for secondary school curriculum : what is recognized can be studied
The last step of the consecration process of literary works is the moment during which they become classical works, what A. Viala called “classicisation” (1992). This fact can be especially noticed in French official guidelines (Instructions officielles) for secondary school teaching. Consequences of academics prescriptions, this classicisation ensures a long life (Bourdieu, 1992) to any text already recognized by literary prizes, academies or literary history. It also effectively reveals motives of the hierarchical organization of literary texts. In order to enable these effects, the classicisation process must go through the filter of teacher’s selection of texts which are proposed to schoolchildren. I studied this phenomenon in my PHD research (Renard 2011). I will demonstrate in this presentation that texts are selected because of their recognition and their ability to be studied, and that the teaching literature, while advocating for a rational use, still is, at some point and covertly, a teaching of taste.

Vassili Rivron

Université de Caen – Basse Normandien, UCBN/CERReV, France

Reconversion et consécration : trajectoires de musiciens savants et valorisation de la musique populaire brésilienne”
L’analyse comparée des trajectoires des deux compositeurs, instrumentistes et chefs d’orchestre nationalistes, Heitor Villa-Lobos et Radamés Gnattali et de leur reconversion dans le contexte du Régime de Getúlio Vargas (1930-45) révèle — malgré un écart générationnel et une dotation inégale en capital social —, des trajectoires de formation et de production sensiblement analogues : descendants d’immigrés, transmission paternelle, précocité, exploitation de thèmes populaires… Mais leurs destins divergent brusquement, suite à la révolution de 1930, puisqu’ils s’impliquent l’un dans la direction de l’enseignement musical national et l’autre dans la production musicale à la radio. L’analyse de la divergence de leurs stratégies et de leurs modalités de reconnaissance permet de questionner la notion même de consécration, ses mutations et ses médiations, au travers du prisme de la culture de masse, promue à partir des années 1930 au Brésil, soit par l’Etat, soit par les industries culturelles.

Conversion and consecration : erudite musicians trajectories and valorization of Brazilian popular music « 
The comparative analysis of the trajectories of the two nationalist composers, instrumentalists and conductors, Heitor Villa-Lobos and Radames Gnattali, and their conversion in the context of the Getúlio Vargas regime (1930-1945) shows — despite a generation gap and a unequal capital endowment — substantially similar trajectories of training and production : descendants of immigrants, paternal transmission, precocity, popular themes … But their fates diverge suddenly, after the 1930 revolution, since they involve one in the direction of the national music education and the other in music production for radio broadcasting. The analysis of the divergence of their strategies and their recognition process helps us to question the notion of consecration, its changes and its mediations, through the prism of mass culture, promoted from the 1930s in Brazil by the State and by the cultural industries.

Émilie Roche (with/avec Jamil Dakhlia et François Provenzano )

(cf. Dakhlia)

Olivier Roueff

CSU-CRESPPA-CNRS, France

Les intermédiaires, ou la fabrique des valeurs artistiques
Les traditions marxistes font reposer la valeur artistique sur la position sociale de ses soutiens ou de ses consommateurs. Les traditions wébériennes en font le résultat de processus d’évaluation qui ont lieu à l’intérieur des mondes de l’art. Pierre Bourdieu articule ces deux traditions avec les concepts de champ et d’homologie structurale : la valeur est le produit des luttes au sein du champ, mais seulement lorsque certains produits rencontrent des consommateurs à travers les homologies entre l’espace social (demande) et le champ de production (offre). Tenir compte des intermédiaires plus précisément et plus largement que ne le fait Bourdieu permet d’affiner ce modèle : ils tentent de contrôler la réception afin de réduire l’incertitude sur la demande – ils « font » les homologies structurales.

Intermediaries : the making of artistic values
For the marxist traditions, artistic value depends on the social position of its patrons or its consumers. For the weberian traditions, it depends on the collective process of evaluation that occurs among professionals of art worlds. Pierre Bourdieu has connected both traditions through the concepts of field and structural homology : the value is the result of the field’s struggles, but only when some products meet some consumers through structural homologies between the social space (demand) and the field of production (supply). Considering intermediaries more precisely and more broadly than Bourdieu does is a way to develop and refine this model. They are professionals that try to rule the reception in order to reduce the uncertainty about value – they « make » structural homologies.

Dominique Sagot-Duvauroux (with/avec Gérôme Guibert )

Université Paris 3 (Sorbonne Nouvelle), CIM et GRANEM, France

L’impact de la notoriété de l’artiste dans l’organisation des concerts de musiques actuelles
(confer Gérôme Guibert)

Marco Santoro

Université de Bologne, Italie

Consecration through (Tragic) Death. The Suicides of Luigi Tenco, Violeta Parra, and Kurt Cobain Compared
The paper will investigate the effects that suicide may have on the trajectory postmortem of popular artists. Specifically, the paper will compare the trajectories postmortem of the Italian singer-songwriter Luigi Tenco, who committed suicide at 29 while participating as a competitor to the most popular Italian song festival in 1967, of the Chilean singer-songwriter and folk musician Violeta Parra who committed suicide at 50 in that same year 1967, and finally of the rock composer and singer/guitarist Kurt Cobain, of the band Nirvana, who shot himself in 1994, while already a celebrity as a rock star. The question the paper will try to answer are the following: what does it mean death – and specifically the act of intentionally causing one’s own death, i.e. suicide – for the process of reputation-building of a popular artist? which kinds of effect may have suicide on the status of an artist and the value recognized to her/his work? How suicide as a special kind of death, with a special cultural aura and symbolic value in the Western tradition, may act as an agent of artistic consecration in the field of popular culture (and music in particular)? and finally: when does it work better?

Vaughn Schmutz

University of North Carolina, Charlotte, USA

Compétition, consensus et consécration dans les musiques pop
Des recherches sociologiques récentes ont porté leur regard sur les cas de consécration culturelles rétrospectives dans le cinéma (Allen et Lincoln, 2004), le sport (Allen et Parsons, 2006), et la musique pop (Schmutz, 2005; Schmutz et Faupel, 2010). La plupart de ces travaux comparaient les effets des diverses formes de légitimité culturelle, telles que définies par Bourdieu en 1983 (spécifique, bourgeoise et populaire) dans ces cas de consécrations rétrospectives. Bien que Bourdieu les décrit comme étant des formes rivales de légitimité culturelle, il les définit également par ailleurs comme le produit collectif “de l’ensemble des agents impliqués dans le champ de production” (Bourdieu 1993:81). En se fondant sur 457 albums de musique pop sortis en 2004, et 6.820 critiques de ces albums issues de 57 titres différents, nous avons analysé les facteurs associés aux types de consécration tant immédiates qu’intermédiaires afin d’estimer dans quel mesure ces types de légitimité rivalisent ou convergent au fil du temps. Nos résultats laissent penser que les rites de consécration fonctionnent à la fois comme déclencheurs de conflits et comme créateurs de consensus quant à la notoriété des artistes et de leurs œuvres.

Competition, consensus and consecration in popular music.
Recent sociological research has focused attention on formal instances of retrospective cultural consecration in film (Allen and Lincoln 2004), sport (Allen and Parsons 2006), and popular music (Schmutz 2005; Schmutz and Faupel 2010). This has largely involved comparing the effects of various forms of cultural legitimacy identified by Bourdieu (1983) – specific, bourgeois, and popular -on the odds of retrospective consecration. Although Bourdieu (1983) refers to these as “competing” forms of cultural legitimacy, elsewhere he describes consecration as the collective product of “all the agents involved in the field of production” (Bourdieu 1993:81). Based on 457 popular music albums released in 2004 and 6,820 reviews of those albums from 57 different publications, we analyze the factors associated with both immediate and intermediate forms of consecration to estimate the extent to which such forms of legitimacy compete and converge over time. Our findings suggest that rites of consecration can serve to reveal conflicts as well as build consensus regarding the reputations of artists and their works.

Jérémy Sinigaglia

GSPE, Université de Strasbourg

La consécration qui ne vient pas. De la réduction des aspirations aux stratégies de reconversion chez les artistes du spectacle vivant
La vie d’artiste est nourrie d’aspirations dont la satisfaction est rare : la plupart des artistes ordinaires n’accèdent au mieux que partiellement ou ponctuellement à la consécration. Pourtant, si le plaisir de pratiquer son art est généralement le motif principal de satisfaction au travail, celui-ci n’est jamais complètement détaché du désir d’accéder à différentes formes de reconnaissance. En être dépourvu est ainsi une source fréquente de frustration. L’objectif de cette contribution, qui s’appuie sur une importante enquête par entretiens (N = 74), est de montrer ce qui se passe lorsque la consécration ne vient pas, et cela à différents moments de la carrière. L’hypothèse centrale est que la trajectoire des artistes ordinaires dépend en partie de leurs capacités très inégales à jouer avec leurs aspirations : les réduire à l’entrée en carrière pour éviter les déceptions, les ajuster progressivement à un avenir probable et, en cas d’échec, les transférer dans un nouveau projet professionnel.

When consecration does not come. Performing artists from lower aspirations to reconversions strategies
The career of artists is driven by aspirations which rarely satisfied. Most ordinary artists gain only partial or occasional access to consecration. Yet, if pleasure is usually the main factor for job satisfaction, it is never completely detached from the desire to access different forms of recognition. Moreover, the lack of recognition is a frequent source of frustration. The aim of this paper is to show what happens when consecration does not come, at different steps of the artist’s careers. The central hypothesis is that the trajectory of ordinary artists depends in part on their unequal ability to adjust their aspirations: to reduce them in order to avoid disappointment at the beginning of their career, to adjust them gradually to a probable future, and, in case of failure, to transfer them to a new career. We rely on a large qualitative research (74 interviews).

Marco Solaroli

University of Bologna, Italie

Entre les fantômes et les étoiles. La lutte pour la légitimation institutionnelle nationale et la consécration professionnelle mondiale dans le champ culturel du photojournalisme italien
Au cours de la dernière décennie, une élite de photojournalistes italiens a acquis énorme consécration professionnelle au niveau international, couvrant les conflits mondiaux pour des magazines d’information américains, entrant dans les agences photographiques les plus célèbres, remportant les prix les plus prestigieux, et produisant des images qui jouent un rôle crucial dans la culture visuelle mondiale. Si, comme Bourdieu a expliqué, la consécration culturelle des spécifiques produits et producteurs au sein d’un champ favorise la potentielle légitimation du champ dans son ensemble, ces dynamiques pourraient avoir des effets significatifs sur la lutte historique pour légitimation institutionnelles du champ du photojournalisme italienne. Le document (basé sur des entrevues avec des photojournalistes et photo-editor) présente une analyse de cette élite transnationale des photojournalistes italiens et des processus de construction de qualité et du prestige professionnel dans le champ du photojournalisme.

Between ghosts and stars. The struggle for national institutional legitimation and global professional consecration in the cultural field of Italian photo-journalism
Over the last ten years, a restricted elite of Italian photojournalists has acquired huge professional consecration at the international level, by covering major conflicts and crises on assignment for mainstream US newsmagazines, entering the most famous authorial photo agencies, and repeatedly winning the most prestigious professional awards. If, as Bourdieu argued, the cultural consecration of exemplary products and producers within a field promotes its potential legitimation as a whole, these recent dynamics might have significant effects over the historical struggle for institutional legitimation of the Italian photojournalistic field. The paper is based on semi-structured interviews with photojournalists and photo-editors working for major Italian newsmagazines, and it presents an empirical analysis of this transnational professional elite of Italian photojournalists and of the processes of construction of professional quality and prestige within the photojournalistic field.

Adrien Thibault

Groupe de sociologie politique européenne (PRISME-GSPE)

Derrière le masque. Genèse de la consécration théâtrale et fondements sociaux de l’inégalité face au « talent ».
À en croire les discours des acteurs du champ théâtral, la reconnaissance des pairs et la consécration institutionnelle sont l’apanage des hommes de théâtre les plus talentueux, et les inégalités de positions le fruit d’inégalités de talent. Mais la notion de « talent » agit ici comme un masque, naturalisant l’origine de ces inégalités. En portant le regard à la fois sur les propriétés sociales des comédiens consacrés et sur les dynamiques interactionnelles qui se font jour au sein d’un groupe de jeunes comédiens promis à la consécration, et en armant ce regard d’une triple lunette sociologique ( concept de carrière, concept de réseau, concept de capital), il devient toutefois possible de voir au-delà, ou plutôt en amont, du masque du talent. Et possible de comprendre, ce faisant, l’origine proprement sociale de la consécration et les fondements purement sociaux de l’inégalité parmi les hommes de théâtre.

Behind the mask. A study of the genesis of theatrical consecration and social basis of « talent » inequality.
If we are to believe the discourse of agents in the field of drama, peer recognition and institutional consecration are the privilege of the most talented ones, and positional inequalities are simply the result of talent inequalities. But the notion of “talent” works here as a mask, naturalizing the origin of these inequalities. Through taking a look at both the social properties of consecrated drama actors and at the interactional dynamics in a specific group of young actors “destined” for a high degree of recognition, and through the adoption of three different sociological perspectives (concept of Career, concept of Network, concept of Capital), it becomes possible, however, to see what actually constructs and constitutes the mask of talent – thus highlighting the specifically social origin of artistic consecration and the social basis of inequality among theatre people.

John B. Thompson

University of Cambridge, UK

L’industrie éditoriale et la fabrique des best-sellers
Le monde éditorial anglo-américain contemporain paraît très différent de celui qu’il était dans les années 1960 et auparavant. Une série de transformations structurelles (économiques, sociales et technologiques) ont profondément modifié la physionomie de cette industrie, et ont ouvert la voie à de nouvelles organisations et acteurs, dont la relation définit désormais le secteur. Durant cette conférence, John Thompson analysera les changements qui ont causé ces transformations et évaluera leurs conséquences. En reconstituant ce qu’il appelle la « logique du champ » éditorial, il parvient à éclairer les destins des livres qui deviennent des best-sellers, tandis que des milliers d’autres disparaissent dans cette industrie de plus en plus focalisée sur le profit à court-terme. Il montre également comment l’industrie éditoriale est perturbée par une révolution technologique qui contraint chacun des participants au champ à reconsidérer sa position selon les nouvelles valeurs qui accompagnent l’émergence du livre dématérialisé. En se fondant sur cinq ans de recherches et plus de 280 entretiens avec des éditeurs, agents littéraires, libraires, auteurs etc. à Londres et New-York, Thompson offre une analyse fouillée du monde éditorial contemporain et des challenges auxquels il doit faire face.

The Publishing Industry and the Making of Bestsellers
The world of Anglo-American trade publishing in the early 21st Century looks very different from the world that existed in the 1960s and before. A set of profound structural changes – economic, social and technological – has transformed the industry and given rise to new organizations and actors whose interrelations now define the practices of the trade. In this lecture John Thompson will analyse the key changes that have brought about this transformation and assess some of its consequences. By reconstructing what he calls ‘the logic of the field’ of trade publishing, he is able to shed fresh light on why some books become bestsellers while many thousands of others find themselves marooned in an industry increasingly focused on short-term growth and profitability. He also shows how the industry is being disrupted by a technological revolution that is forcing every player in the field to reconsider its position in the new value chains that are emerging around ebooks. Based on five years of research and more than 280 interviews with publishers, agents, booksellers, authors and others in London and New York, Thompson provides an in-depth account of how the world of trade publishing really works and the key challenges it faces today.

Alex Van Venrooij (with/avec Vaughn Schmutz)

University of Amsterdam, Netherlands

Compétition, consensus et consécration dans les musiques pop

Competition, consecration and consensus in popular music
(confer Vaughn Schmutz)

Olivier Vanhée

Université Lyon 2, ENS de Lyon, France

Le manga en France : genèse et consécrations d’une catégorie éditoriale
La bande dessinée japonaise est une forme de production culturelle diffusée et commercialisée en France depuis la fin des années 1980, progressivement identifiée par l’emploi du terme japonais « manga ». L’objectif de cette communication est de rendre compte de la pluralité et de la spécificité des modes d’accès à la consécration de cette production éditoriale, en analysant les discours et les trajectoires des acteurs qui en ont été partie prenante, sur une période historique d’une vingtaine d’années. Ces processus ont mis en jeu les jugements de goût et les ressources symboliques et organisationnelles d’acteurs très diversifiés, amateurs ou professionnels. Ces médiations et discours d’accompagnement ont contribué à rythmer la trajectoire culturelle de la bande dessinée japonaise en France, et à informer la manière de percevoir et d’apprécier, de désirer et de s’approprier cette catégorie d’imprimés.

The emergence and cultural consecrations of Japanese comic books in France
The last three decades have witnessed the growing popularity of Japanese popular culture in France. In the wake of successful Japanese animation programs on French television, a specific category of printed works, “manga”, has been labelled and “appropriated” by various actors within the French publishing industry and within the “amateur manga scene”. Through an historical and ethnographic analysis of both the “supply” of manga and the public discourses about the “manga phenomenon”, this paper throws light on the mediations involved in the construction of the economic and symbolic value of manga. The aim is to better understand the mechanisms of manga’s aesthetic mobility, its specificity and diversity.

Simone Varriale

University of Warwick

La valeur artistique comme ressource : stratégies de différenciation dans le champ du journalisme spécialisé en musique populaire
Cet article s’attache à observer les stratégies par lesquelles les magazines de musique italiens ont revendiqué la légitimité culturelle et sociale de la musique populaire. L’analyse identifiera les stratégies d’une organisation tournée vers le marché, le magazine Ciao 2001, qui usait d’un discours travaillé à la fois pour ne pas exclure de son domaine les musiques considérées comme “commerciales”, et pour justifier cette pratique. Au lieu de définir une autonomie symbolique vis à vis du marché, le capital culturel est dans ce cas mobilisé pour s’en rapprocher, dans le but d’en modifier les tendances. Le cas du journalisme musical italien des années 1970 montre de façon plus générale que la valeur artistique est une ressource, tant pour les pôles “autonomes” qu’“hétéronomes” du champ (Bourdieu, 1993). Tout en analysant les stratégies d’un acteur orienté vers le marché, la présentation discutera également les conditions historiques et sociales rendant ce contexte possible.

Artistic value as valuable resource: strategies of differentiation in the field of Italian popular music journalism
The paper looks at the strategies through which Italian music magazines, in the mid-1970s, claimed the cultural and social legitimacy of popular music. The analysis will point to the strategies of a market-oriented organisation (the magazine Ciao 2001), which employed an high-brow discourse both to include in its coverage music genres considered as ‘commercial’, and to justify such a practice. Cultural capital, in this case, supported closeness to changing market trends, rather than symbolic autonomy from the market. The case of 1970s Italian music journalism, more generally, shows that artistic value was a valuable symbolic resource both at the ‘autonomous’ and ‘heteronomous’ poles of the field (Bourdieu 1993). While analysing the strategies of a market-oriented actor, the presentation will also discuss the historical and social conditions which made possible such a situation.

Marc Verboord

Erasmus University Rotterdam

Classifications littéraires en transition. La reconnaissance institutionnelles des auteurs de fiction dans les journaux français, allemands, néerlandais et américains (1955-2005)
Beaucoup d’études consacrées à la reconnaissance artistiques s’intéressent à des cas individuels, des institutions, des pays ou des périodes spécifiques. Dans cet article, nous tentons de cartographier les transitions dans la classification culturelle des auteurs au fil du temps et dans quatre pays. Plus précisément, non examinons les sélections opérées par les critiques journalistiques et évalueront leur reconnaissance institutionnelle grâce à des indicateurs tels que l’attribution d’un prix littéraire, la présence dans les classements des meilleures ventes etc. A partir d’un échantillon d’articles de journaux des années 1955, 1975, 1995 et 2005, issus de huit titres parus en France, en Allemagne, aux Pays-Bas et aux États-Unis (n=2.419), nous avons extraits les informations sur les auteurs de fiction. Les catégories de classifications sont trouvée inductivement par la méthode des regroupements. Une analyse en régression logistique multinomiale permet de prédire l’appartenance à des regroupements. Les résultats montrent qu’au fil de la période 1955-2005, trois catégories d’auteurs sont constamment présentes : les non-institutionnalisés, les « prestigieux » contemporains et les « prestigieux » historiques. Cependant, les proportions dans lesquelles apparaissent ces catégories dans les journaux diffèrent, selon les pay.

Literary classification in transition. Institutional recognition of fiction book authors in French, German, Dutch and American newspapers, 1955-2005
Many studies into artistic recognition focus on specific individuals, institutions, countries or moments in time. In this paper, we aim to map transitions in the cultural classification of book authors over time and across four countries. More specifically, we examine the selections made by newspaper book critics and assess their institutional recognition via indicators such as winning literary awards, listing in bestseller lists etc. For a sample of newspaper articles from the years 1955, 1975, 1995 and 2005 from in total eight newspapers in France, Germany, the Netherlands, and the United States (N=2,419), we retrieve information on the fiction book authors discussed. We conduct cluster analysis to inductively find classification categories. Multinomial logistic regression analysis is applied to predict membership of clusters. The results show that throughout the period 1955-2005 we consistently find three author categories: the non-institutionalized, the contemporary prestigious, and the historical prestigious. Countries differ, however, in the extent to which these categories are represented in newspaper content.

Annie Verger

Docteur en sociologie

Qui choisit qui ? Le droit d’entrée pour les nouveaux pensionnaires de la Villa Médicis après la suppression du Grand prix de Rome
En 1968, la fin de la tutelle de l’Académie des Beaux-Arts sur l’Académie de France à Rome et la suppression du Grand prix de Rome ont laissé place à une interrogation : que faire de la Villa Médicis si le recrutement de l’élite artistique venait à se tarir ? Le ministre des affaires culturelles André Malraux et le directeur Klossowski de Rola dit Balthus, ont souhaité que l’académie s’engage sur le terrain de l’art vivant. La réflexion a donc porté sur les nouveaux modes de sélection. Le concours a été remplacé par la présentation d’un dossier devant un jury, lui-même sélectionné par le Ministère de la culture. La crainte de voir réapparaître des comportements académiques a conduit les réformateurs à rassembler des constellations d’autorités compétentes, au mandat de courte durée. La mise en place d’une commission de présélection en 1979, composée de rapporteurs, a élargi le cercle des personnalités désignées pour leur expérience professionnelle et leur connaissance de la création actuelle. L’intérêt sociologique s’est alors orienté vers ces nouveaux entrants dans la mesure où eux-mêmes étaient choisis pour choisir. Entre 1971 et 1999 le nombre des juges (présidents, membres du jury et rapporteurs) est de 446 pour 441 pensionnaires.

Who chooses whom ? The charges for admission for the new residents of the Villa Medici after the abolition of the “Grand Prix de Rome”
In 1968, the end of the tutelage of the Academy of Arts on the Academy of France in Rome and the abolition of the Grand prix of Rome left place in a questioning: what the Villa Médicis would become if the conscription of artistic elite came to dry up? The minister of cultural affairs André Malraux and the manager Klossowski of Rola said Balthus, wished that the academy gets involved on the ground of living art. Cogitation therefore concerned new modes of selection. Competition was replaced with the presentation of a file in front of a jury, itself chosen by the Ministry of Culture. The fear of seeing reappearing from academical behaviours led the reformers to gather constellations of competent authorities, in the short-term mandate. The installation by a commission of shortlisting in 1979, made up of reporters, enlarges the circle of the personalities selected to be their work experience and their knowledge of actual creation. Sociological interest then turned to these entrants new as much as themselves were chosen to choose. Between 1971 and 1999 the number of the judges (presidents, jurors and reporters) is 446 for 441 residents.

Pierre-édouard Weill

Université de Strasbourg, GSPE

La consécration du graffiti art. Du dépôt à la vente
Cette communication vise à montrer comment différents niveaux de relations s’articulent dans la production de la valeur d’une forme culturelle, en portant la focale sur les intermédiaires de la création artistique. Dérivé d’une pratique exposant à des poursuites pénales, l’« art graffiti » prend principalement la forme de toiles. Il fait l’objet d’une entreprise de commercialisation réussie, à travers une série de ventes aux enchères en France, entre 2006 et 2012. Entre les « artistes graffiti » et les acheteurs d’art contemporain, des intermédiaires collaborent à l’articulation d’un champ culturel et du marché. L’observation participante, la réalisation d’entretiens et le dépouillement de sources documentaires ont permis d’identifier cette population d’intermédiaires de l’« art graffiti ». Combinée à l’enquête ethnographique, une analyse structurale de réseau contribue à distinguer trois types d’acteurs, et met en valeur différents degrés de centralité et de contraintes relationnelles. Des experts issus du graffiti, désirant faire carrière dans l’art contemporain, sélectionnent des artistes et leurs œuvres. Des entrepreneurs, venus créer une niche sur le marché de l’art, fabriquent une image valorisante de la demande, mettant en scène des proximités inattendues entre les graffeurs et leurs mécènes. Des établis sur le marché de l’art mobilisent leur clientèle et tentent de raccrocher le graffiti à l’art contemporain, tout en jouant de la transgression et du maintien de ses frontières.

The consecration of Graffiti art. From the Train Yard to the Auction House
This paper shows how different levels of relationships are articulated in creating the value of a cultural form, focusing on artistic creation intermediaries. “Graffiti art” on canvas, a by-product of an illegal practice, knows a paradoxical success through a series of auctions in France, between 2006 and 2012. Between “graffiti artists” and contemporary art buyers, intermediaries collaborate to the articulation of a cultural field with the market. Participative observation, interviews and documentary sources allow identifying this population of intermediaries. Combined with ethnographic inquiry, a network analysis emphasizes different degrees of centrality and constraint in interpersonal relationships, and permits to distinguish three kinds of actors. Experts from the graffiti field, willing to start a career in contemporary art, make a selection of the artists and their works. Entrepreneurs, coming to find a niche in the art market, create a worthwhile image of the “graffiti art” demand, representing unexpected proximities between graffiti artists and their sponsors. Established on the art market mobilize their clientele, trying to assimilate graffiti to contemporary art, playing with transgression and frontiers preservation.

Recherche

Menu principal

Haut de page