Séminaire du GRESCO : Bernard LAHIRE, La culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi.

Vendredi 21 janvier 2011, 10h, salle Mélusine, MSHS de Poitiers

Bernard Lahire, Professeur de sociologie à l’ENS Lettres et sciences humaines, membre du Groupe de recherche sur la socialisation (GRS), vient nous parler de son livre : La culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, Éditions la Découverte, Coll. « Laboratoire des sciences sociales », 2004, 780 p.

On prête au philosophe Ludwig Wittgenstein un goût quasi enfantin pour les histoires policières et les baraques foraines et l’on sait que Jean-Paul Sartre aimait regarder des westerns à la télévision et préférait les romans de la « Série Noire » aux ouvrages de Wittgenstein. Simples coquetteries de philosophes ? Rien n’est moins sûr. Ce qui étonne dans ces histoires, c’est le décalage entre les portraits que l’on dresse d’eux en philosophes et ce que l’on apprend par ailleurs de leurs pratiques et de leurs goûts culturels. Mais on se tromperait en considérant qu’il s’agit d’exceptions statistiques qui confirment la règle générale de « cohérence culturelle ».

De caricatures en vulgarisations schématiques des travaux sociologiques, on a fini par penser que nos sociétés, marquées par le maintien de grandes inégalités sociales d’accès à la culture, étaient réductibles à un tableau assez simple : des classes dominantes cultivées, des classes moyennes caractérisées par une  » bonne volonté culturelle  » et des classes dominées tenues à distance de la culture.

Dans ce livre qui s’appuie sur un large matériau empirique (données statistiques, plus de cent entretiens, etc.), Bernard Lahire propose de transformer notre vision ordinaire des rapports à la culture. Il met ainsi en lumière un fait fondamental : la frontière entre la « haute culture » et la « sous-culture » ou le « simple divertissement » ne sépare pas seulement les classes sociales, mais partage les différentes pratiques et préférences culturelles des mêmes individus, dans toutes les classes de la société. Il montre qu’une majorité d’individus présente des profils dissonants qui associent des pratiques culturelles allant des plus légitimes aux moins légitimes. Si le monde social est un champ de luttes, les individus sont souvent eux-mêmes les arènes d’une lutte des classements, d’une lutte de soi contre soi. Une nouvelle image du monde social apparaît alors, qui ne néglige pas les singularités individuelles et évite la caricature culturelle des groupes.

Références

Page personnelle de Bernard Lahire

Recherche

Menu principal

Haut de page