Editorial

COMMUNIQUÉ DU GRESCO SUR LES ACCUSATIONS DE STÉPHANE DORIN

6 décembre 2018

Contrairement au message posté sur le compte Facebook de Stéphane Dorin du 30 novembre dernier, il n’y a strictement aucun rapport entre les faits relatés (affaire Bouteldja et tribune du Point), dont la plupart des membres du laboratoire ignoraient l’existence, et le vote de l’assemblée générale.

Le vote portait sur l’acceptation de sa demande de changement d’unité de recherche formulée dès le 24 avril 2018 par le biais d’un courrier adressé au Président de l’Université de Limoges, au Vice-Président de la Commission de la recherche, au directeur de l’UFR et aux co-directeurs du laboratoire.

Dans ce courrier, Stéphane Dorin détaille, point par point, le décalage entre le développement de ses objets de recherche et les axes scientifiques adoptés par le laboratoire pour le prochain contrat quadriennal. Il manifeste une volonté d’inscrire ses objets dans une perspective pluridisciplinaire en pécisant : «C’est pourquoi le CRAL (UMR 8566 EHESS/CNRS), en tant que centre de recherche dédié aux arts et au langage, offre un nouvel environnement plus propice à mes recherches. Différentes disciplines comme la littérature, l’histoire de l’art, la musicologie, la philosophie, la sociologie, l’histoire et la linguistique y sont étudiées afin de réfléchir sur les arts, la culture et la perception » (p.3).

Il n’est nullement fait référence dans ce courrier à des désaccords idéologiques. De même, ce n’est pas l’assemblée générale qui a fait le constat d’une incompatibilité scientifique entre les axes de recherche du laboratoire et les travaux de Stéphane Dorin mais Stéphane Dorin lui-même. Il n’y a donc dans le vote de l’assemblée générale ni représailles, ni remise en cause de ses travaux scientifiques. L’assemblée générale, en acceptant sa démission, n’a fait qu’accéder à sa demande de changement d’unité, pour lui permettre la poursuite de ses projets scientifiques dans un autre environnement. Tous les autres arguments reconstruits a posteriori par l’intéressé sont donc mensongers et offensants pour le laboratoire profondément attaché à la liberté d’expression et aux libertés académiques.

Contact presse : Service communication – Université de Limoges 05 55 14 91 41 / com@unilim.fr

A télécharger : Communique du Gresco

Communiqué de l’Université de Limoges : Réponse de l’Université de Limoges à l’article du Point


Motion du Gresco concernant l’augmentation des droits d’inscription pour les étudiants hors Union Européenne

21 décembre 2018

Le Gresco dénonce fermement la décision gouvernementale du 19 novembre dernier d’augmentation des droits d’inscription universitaire pour les étudiants hors Union Européenne. Cette décision est aberrante et scandaleuse. Elle nie toute idée d’ouverture et de rayonnement de l’université française, idée qui est consubstantielle à ses missions fondamentales et à laquelle la communauté universitaire est viscéralement attachée. Les logiques de clôture ou de sélection par l’argent sont contraires au projet que nous portons. Les étudiants hors Union Européenne ne peuvent être considérés comme des surnuméraires ou comme un poids financier à supporter : ils sont tout au contraire ce qui permet à l’université d’enrichir sa pensée, de s’ouvrir et de progresser. Réduire de façon draconienne leur place dans l’université française, c’est contribuer à l’affaiblir sur tous les plans : humaniste, intellectuel et institutionnel. Cette décision marque une régression politique sans précédent. C’est pourquoi nous en demandons le retrait immédiat.

 


Présentation du GRESCO

Le GRESCO, Groupe de REcherches Sociologiques sur les sociétés COntemporaines, est un laboratoire de recherche en sociologie de l’Université de Poitiers et de l’Université de Limoges.

Reconnu Equipe d’Accueil en janvier 2008, le GRESCO réunit les sociologues, hier rattachés au SACO (Université de Poitiers) et au GRESOC (Université de Limoges). Il regroupe aujourd’hui 40 membres à titre principal, 6 membres associés, 18 docteurs et 25 doctorants répartis sur les sites de Poitiers et Limoges.

Le GRESCO est co-dirigé par Choukri BEN AYED et Christian PAPINOT.

Le GRESCO développe un projet scientifique autour de quatre axes :

– Axe 1 : Education, socialisation, trajectoires

– Axe 2 : Cultures, styles de vie et rapports sociaux

– Axe 3 : Travail, emploi et classes sociales

– Axe 4 : Santé, maladie, handicap

En 2017, le GRESCO a été évalué par le Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement superieur (HCERES). Le rapport d’évaluation peut être téléchargé ICI

For a presentation of the GRESCO in English, please click here


 

ÉVÉNEMENTS SCIENTIFIQUES

– Les 15 et 16 novembre 2018 auront lieu les journées d’études « Parcours et trajectoires biographiques » organisées dans le cadre des programmes CPER « Parcours » (Gresco) et ARC jeunes ruraux (CITERES). Elles se tiendront à l’Université de Poitiers,à l’Hôtel Fumé.

– En mars 2019, le GRESCO organise, en partenariat avec l’Espe de l’université de Poitiers, le colloque « La fabrique du genre dans l’enseignement professionnel ». Les réponses à l’appel à communications sont à adresser avant le 15 octobre 2018.


VIENT DE PARAITRE

Romulad BODIN, L’institution du handicap, Paris, La Dispute, 2018, 192 p.

Qu’est-ce que le handicap ? Ce livre montre qu’il ne s’agit pas d’une réalité médicale, mais d’un phénomène social, qui peut faire référence à des singularités biologiques, mais dépend avant tout de la logique sociale de nos institutions. À partir de l’analyse de statistiques concernant la santé et le handicap ainsi que de nombreux entretiens biographiques, l’auteur met en évidence que ce qui fait qu’une personne est considérée ou non comme handicapée renvoie au fonctionnement des grandes institutions sociales – famille, école, travail, espace public… Il explique aussi comment le statut administratif de personne handicapée tend à imposer une modification des parcours, des comportements et des identités.

Cette nouvelle conception du handicap, qui met en relief sa construction étatique et législative, permet d’aborder différemment aussi bien l’expérience des personnes dites handicapées que les politiques de santé publique et d’action sociale.


Stéphane DORIN (dir./ed.), Déchiffrer les publics de la musique classique. Perspectives comparatives, historiques et sociologiques / Unraveling classical music audiences. Historical, sociological and comparative perspectives, Paris, Editions des Archives contemporaines, 2018.

Les publics de la musique classique font l’objet d’un grand nombre de représentations sociales, depuis les caricatures de Daumier à l’Opéra de Paris jusqu’aux mises en scène des nouveaux publics d’El Sistema. Si le constat de leur déclin et de la nécessité́ de promouvoir leur renouvellement à l’ère numérique semble désormais largement partagé, comme le démontrent, enquêtes à l’appui, les diverses contributions réunies dans cet ouvrage, c’est aussi à une réflexion sur le sens et la portée du concert dans l’espace public qu’invitent les auteurs réunis ici.

Le présent ouvrage dresse ainsi un bilan à la fois historique, sociologique et politique des transformations de la vie musicale et du concert de musique classique du XIXe siècle à nos jours. En rassemblant plus d’une vingtaine de spécialistes, français et étrangers, historiens, musicologues, sociologues, économistes, politistes, professionnels de la culture et de la musique, cet ouvrage invite non seulement à réfléchir aux conditions historiques qui ont façonné́ le concert tel que nous le connaissons aujourd’hui et engendré les difficultés à renouveler ses publics, mais aussi à envisager l’avenir de la musique classique et de ses concerts à l’ère du multimédia et des cultures numériques.


Guillaume Christen et Benoît LEROUX (dir.), « Sur les alternatives en agriculture« , Regards Sociologiques, n°50-51, 2017, 223 p.

Sommaire :

– Guillaume Christen & Benoît Leroux, Processus d’écologisation des pratiques agricoles : injonctions contradictoires et appropriations multiformes
–  Marie-France Garcia, Nathalie Jas & Benoît Leroux, L’agriculture biologique et ses produits : entre institutionnalisation marchande et repositionnements éthiques
Jacqueline Candau, Philippe Deuffic, Vanessa Kuentz-Simonet & Sandrine Lyser, Entre environnement, marché et territoire : agriculteurs en quête de sens pour leur métier
– Clémentine Comer, Aporie de l’engagement féminin au sein de la « gauche paysanne » : un volontarisme politique auto-limité
Guillaume Christen, Vers une « écologisation » des pratiques agricoles : Déplacement social et crise d’identité chez les jeunes en formation agricole
Nicolas Fortané, Naissance et déclin de l’écopathologie (années 1970 – années 1990). L’essor contrarié d’une médecine vétérinaire alternative
Note de recherche
Camille François, Un marché désajusté. Conflits de normes agricoles et parrainage gastronomique  autour de la construction d’une filière écologique en viande bovine
Philippe Sahuc, Réception de l’écologisation chez les récents natifs du monde agricole
Document (lié au dossier)
Véronique Rioufol & Peter Volz, Initiatives citoyennes en faveur de l’accès à la terre pour une agriculture écologique de proximité en Europe de l’Ouest


Recherche

Menu principal

Haut de page