Présentation du GRESCO

Le GRESCO, Groupe de REcherches Sociologiques sur les sociétés COntemporaines, est un laboratoire de recherche en sociologie de l’Université de Poitiers et de l’Université de Limoges.

Reconnu Equipe d’Accueil en janvier 2008, le GRESCO réunit les sociologues, hier rattachés au SACO (Université de Poitiers) et au GRESOC (Université de Limoges). Il regroupe aujourd’hui 40 membres à titre principal, 6 membres associés, 18 docteurs et 25 doctorants répartis sur les sites de Poitiers et Limoges.

Le GRESCO est co-dirigé par Choukri BEN AYED et Christian PAPINOT.

Le GRESCO développe un projet scientifique autour de quatre axes :

– Axe 1 : Education, socialisation, trajectoires

– Axe 2 : Cultures, styles de vie et rapports sociaux

– Axe 3 : Travail, emploi et classes sociales

– Axe 4 : Santé, maladie, handicap

En 2017, le GRESCO a été évalué par le Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement superieur (HCERES). Le rapport d’évaluation peut être téléchargé ICI

For a presentation of the GRESCO in English, please click here


VIENT DE PARAITRE

Ludovic GAUSSOT, Nicolas PALIERNE, La confiance dans les relations familiales. Régulation des sorties juvéniles, genre et usages sociaux de psychotropes, Rennes, PUR, 2020, 212 p.

Si la relation de confiance apparaît comme un mode privilégié des rapports parents-adolescents, elle se trouve aussi mise en jeu et à l’épreuve dans la négociation et l’encadrement des sorties et des consommations juvéniles. On y observe par exemple une différenciation genrée qui reflète un certain rapport au monde et à ses dangers. Ces pratiques constituent dès lors une entrée pertinente pour étudier l’autonomisation et la construction d’une vie à soi chez les jeunes, les pratiques éducatives genrées ainsi que l’échange, les non-dits et les mensonges parfois à l’œuvre dans les relations familiales contemporaines.


Numéro 9 de la revue Images du travail/Travail des images, juin 2020.

Ce numéro comprend un dossier intitulé « L’apprentissage et l’enseignement professionnel en images », coordonné par Stéphane Lembré et Gilles Moreau. Il comprend également un article en varia, un « Grand entretien » et plusieurs articles dans les rubriques « Images en chantier », « Un œil, une image » et « Comptes rendus ».

Ce numéro d’Images du travail, travail des images pose l’hypothèse selon laquelle les images informent beaucoup sur l’apprentissage et l’enseignement professionnel, sur les publics de ces formations, sur le travail des apprentis et des élèves. Une telle hypothèse est née de trois constats : d’une part, les travaux consacrés à l’apprentissage et l’enseignement professionnel, en histoire ou en sociologie, sont relativement peu nombreux (Caspard, 1989 ; Tanguy, 2000) ; d’autre part, et parmi ces travaux, ceux qui mobilisent les images fixes ou animées, seules ou au sein de corpus diversifiés, s’avèrent encore plus rares. De telles images existent pourtant, et sont même parfois interrogées à l’instar de films comme La Vie par les bords, réalisé par Fabrice Cazeneuve et François Bon, sorti en 2005 et diffusé sur la chaîne Arte en 2006 ou encore des documentaires Quel travail ? (2002) et Nous les apprentis (2004) de Cyril Menegun. Les portraits de garçons et de filles en lycée professionnel au Val d’Argenteuil, dans La Vie par les bords, et d’apprentis dans les métiers du bâtiment, dans Nous les apprentis, y font écho aux parcours de formation et de travail restitués dans quelques précieuses autobiographies ouvrières (Vigna, 2016). Enfin, ces images, quand elles existent ou sont diffusées, montrent une figure très masculine de la formation professionnelle, alors que dès les années 1960 le lycée professionnel accueillait presque autant de filles que de garçons (Moreau, 1994). L’illustration de une de ce numéro l’atteste et se veut de ce point de vue un mauvais exemple de représentations, mais à dessein : le monde masculin et au-delà viril et saillant de cette affiche[1], alliant force, mécanique et technicité montre un aspirant cheminot travaillant à la lime… une lime qu’on retrouvera quelques années plus tard (1971) au cœur de L’ordre des choses, l’ouvrage de Claude Grignon consacré aux formations en CET (collège d’enseignement technique) : ce dernier y rangeait la lime « dans la catégorie des instruments d’inculcation morale, au même titre que les retenues, les devoirs supplémentaires ou les taloches » (p. 15). Une « raison technique » qui selon l’auteur était complice de la domination et qui a un temps figé la recherche sociologique sur l’enseignement professionnel avant que Lucie Tanguy ne vienne y ouvrir de sérieuses brèches (1991).


Stéphane Bonnéry, Étienne DOUAT (dir.), L’éducation aux temps du coronavirus, Paris, La Dispute, 2020, 160 p.

Le 12 mars 2020, face à la pandémie, le Président de la République annonce la fermeture de tous les établissements d’enseignement. Le ministre de l’Éducation nationale exhorte à assurer la « continuité pédagogique » à distance.

Comment, dans l’urgence et l’impréparation, confinés, enseignants et élèves, familles et étudiants font-ils dans les semaines qui suivent ? Que révèle cette « crise » de l’état du système d’enseignement ? Comment ce confinement sert-il à l’accélération des réformes gouvernementales en cours ? Treize spécialistes de l’éducation, de la maternelle à l’université, coopèrent et tentent de répondre à ces questions et d’ouvrir les chantiers de recherche que cette séquence inédite impose. 

Actualités